S&P Global Ratings estime que le Canada a pris les bons moyens pour mitiger les effets de la pandémie sur son économie et maintient la cote triple A de sa dette à long terme, la meilleure de son classement.

Hélène Baril Hélène Baril
La Presse

Contrairement à Fitch, l’agence de crédit qui avait baissé d’un cran la cote de crédit du Canada le mois dernier, S&P croit que l’explosion du déficit et de la dette sera temporaire et restera sous contrôle.

Le Canada peut compter sur des institutions solides, une politique monétaire crédible et une économie saine orientée vers l’exportation, soulignent les analystes de l’agence. Ils qualifient la réponse des autorités fiscales et monétaires à la pandémie de « forte et appropriée ».

« Bien que le déficit et la dette s’aggraveront en raison de l’ampleur de la réponse sans précédent du gouvernement, nous croyons que l’utilisation par le gouvernement de sa flexibilité politique aidera probablement l’économie et le marché du travail à se redresser », détaillent-ils.

La détérioration du bilan du Canada devrait être temporaire. Le déficit devrait être réduit à partir de 2021, et le ratio de la dette par rapport à la taille de l’économie devrait se stabiliser.

S&P est d’avis que le gouvernement canadien, même s’il est minoritaire, saura rallier les partis d’opposition derrière son plan de relance de l’économie. L’agence évoque les tensions régionales, notamment les frustrations des provinces pétrolières, mais elle estime que les gouvernements minoritaires canadiens ont toujours réussi à les gérer. La crise provoquée par la Politique nationale de l’énergie en 1980 et les référendums sur l’indépendance du Québec, en sont des exemples.

S&P s’attend à ce que l’économie canadienne recule de 5,9 % en 2020, avant un rebond de 5,4 % en 2021.