(Washington) La crise de la COVID-19 a fait exploser le déficit budgétaire des États-Unis, qui a atteint en juin un niveau inédit, près de quatre fois supérieur au précédent record, selon les données publiées lundi par le département du Trésor.

Agence France-Presse

Le déficit a atteint 864 milliards de dollars le mois dernier, alors qu’il était de 8 milliards en juin 2019.

Le mois d’avril avait déjà vu le déficit bondir, à 738 milliards de dollars.

Celui du mois de juin, encore plus élevé, est quasiment quatre fois plus élevé que le précédent record, qui avait été enregistré pendant la Grande Récession en février 2009, avec 234 milliards de dollars, a précisé un responsable du Trésor lors d’une conférence téléphonique.

Depuis le début de l’année fiscale en octobre, le déficit s’élève à 2700 milliards de dollars, contre 747 milliards pour la même période l’an passé.

Le déficit abyssal enregistré par le budget américain en juin est dû principalement aux 511 milliards de dollars de dépenses liées au programme de prêts aux petites et moyennes entreprises, mis en place pour les aider à traverser la crise.

Ce montant devrait grimper encore dans les mois qui viennent, puisque ces prêts se transformeront en subventions pour les entreprises qui auront effectivement utilisé les fonds pour maintenir leurs salariés en poste.

Une autre mesure issue de ce gigantesque plan de relance est le montant de l’allocation chômage, rehaussée de 600 dollars hebdomadaires pour tous les bénéficiaires, jusqu’au 31 juillet. Cette mesure a coûté 80 milliards de dollars en juin, et 171 milliards au total depuis octobre.

Côté recettes, celles-ci ont été inférieures à celles de l’an passé à hauteur de près d’un milliard de dollars, notamment à cause de la date butoir du paiement des impôts, repoussée à fin juillet, a précisé un responsable du Trésor.

Pour l’économiste américaine Stephanie Kelton, ce déficit lié aux mesures de soutien à l’économie devrait plutôt être vu comme « le plus important “versement mensuel” » effectué par le gouvernement fédéral dans l’économie américaine, a-t-elle écrit sur Twitter.

« Nous prévoyons actuellement un déficit de 3100 milliards de dollars pour l’année fiscale 2020 », ont indiqué de leur côté les analystes d’Oxford Economics dans une note.