(Washington) L’administration Trump envisage d’imposer des taxes punitives supplémentaires sur l’équivalent de 3,1 milliards de dollars de produits européens, dont français, selon un document officiel publié dans la nuit de mardi à mercredi.

Agence France-Presse

Ce geste encore virtuel pour le moment devrait tendre encore un peu plus les relations commerciales déjà très délicates entre l’UE et les États-Unis.  

Les services du Représentant américain au commerce ont dressé la liste des nouveaux produits concernés dans un appel à consultation publique qui durera jusqu’au 26 juillet.

Ces taxes punitives ont été autorisées par l’Organisation mondiale du commerce pour des produits importés de l’UE à hauteur de 7,5 milliards de dollars, dans le cadre de l’épineux et interminable dossier des subventions à l’européen Airbus et l’américain Boeing.

Outre la France, les nouveaux produits visés – qui peuvent être frappés de taxes allant jusqu’à 100 % – proviennent également d’Espagne, du Royaume-Uni et d’Allemagne.

Dans la liste, on trouve aussi bien des olives et du café que des spiritueux des pâtisseries ou encore des outils.

Cette information – révélée par l’agence Bloomberg – a pesé sur Wall Street à l’ouverture, mais aussi en Europe sur les titres des sociétés qui pourraient être visés par les nouvelles mesures américaines.