(Paris) Les États-Unis « sont les bienvenus » pour revenir, quand ils le souhaitent, à la table des négociations sur la taxe numérique, a affirmé dimanche le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton, après l’annonce d’une « pause » par Washington dans ces discussions internationales délicates.

Agence France-Presse

Mercredi, l’administration Trump, évoquant l’absence de progrès sur le dossier de la taxation des géants du numérique, a décidé d’une « pause » dans les discussions qui se déroulent dans le cadre de l’OCDE et qui devaient aboutir d’ici la fin de l’année à un accord mondial pour taxer des groupes comme les GAFA — acronyme pour Google, Apple, Facebook et Amazon — régulièrement accusés de ne pas payer leur juste part d’impôt.

« On est quasiment arrivé à un accord. [Steven] Mnuchin (secrétaire au Trésor américain) a fait savoir qu’il souhaitait quitter la table des négociations. Dans ma vie, j’en ai fait des négociations, ça court jusqu’au 31 décembre, bien sûr on sort de la salle, on va consulter, on revient. Ils sont les bienvenus et pourront revenir en septembre, en octobre, pourquoi pas en novembre et pourquoi pas en décembre », a déclaré M. Breton sur RFI.

« Et si jamais il n’y a pas d’accord dans le cadre de l’OCDE, notre proposition avec mon collègue Paolo Gentiloni, qui est le commissaire européen à l’Économie, est prête et sera mise sur la table », a ajouté Thierry Breton.

PHOTO KENZO TRIBOUILLARD, ASSOCIATED PRESS

Le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton

« On ne menace personne, on dit que c’est juste normal ». Et il n’y a « pas uniquement les plateformes américaines » mais aussi « les grandes plateformes chinoises, tout le monde sera mis à la même enseigne. Il est parfaitement normal que dans cet espace informationnel, on paie son juste impôt », a insisté le commissaire européen.

Le commissaire européen aux Affaires économiques, Paolo Gentiloni, avait espéré jeudi que la pause annoncée par Washington dans ces négociations internationales sur la taxation des GAFA ne serait « pas un arrêt définitif ».