Le marché immobilier se réchauffe avant même l’arrivée du printemps. Le prix des maisons a bondi de 24 % sur l’île de Montréal. On n’a pas vu une aussi forte augmentation depuis plus de 15 ans.

André Dubuc André Dubuc
La Presse

Il s’est vendu 525 maisons sur l’île de Montréal en février 2020 à un prix médian de 571 800 $, selon les chiffres tirés de la base de données provinciale Centris des courtiers immobiliers appartenant à l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ). Le prix équivalent l’an dernier était de 460 000 $, un écart de 24 %.

« La dernière fois qu’on a vu une hausse de 24 % ou plus pour les maisons sur l’île, il faut remonter en avril 2004 », dit au téléphone Éric Lemieux, économiste de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ). Pour les deux premiers mois de l’année, l’inflation dans le prix des maisons se situe à 17 %.

La frénésie atteint aussi la Rive-Sud, là où le prix des maisons a bondi de 18 % au cours du deuxième mois de l’année. On a observé une hausse de cette envergure sur la Rive-Sud en octobre 2003 pour la dernière fois, selon l’APCIQ.

Dans l’ensemble de la région montréalaise, le prix des maisons a progressé de 13 % en février, les condos de 10 % et les plex, 2 à 5 logements, de 13 %.

« Un nouveau record pour le nombre de ventes lors d’un mois de février a été établi cette année, alors que l’ancien sommet qui datait de 2002 a été surpassé », souligne Julie Saucier, présidente et chef de la direction de l’APCIQ, dans un communiqué. « Les inscriptions en vigueur continuent de diminuer, et ce resserrement supplémentaire du marché en faveur des vendeurs entraîne une croissance des prix à deux chiffres dans les secteurs les plus tendus. »

Un mois ne faisant pas une tendance, il sera intéressant de surveiller si les hausses de prix de 20 % et plus se poursuivront au cours des prochains mois.