(Québec) L’administration Labeaume souhaite transformer une friche industrielle située en bordure du quartier Limoilou en un terrain de jeu pour entrepreneurs, chercheurs et incubateurs.

Gabriel Béland  Gabriel Béland 
La Presse

La « zone d’innovation du Littoral Est » pourrait accueillir des entreprises dès 2021 dans un secteur situé entre le port de Québec et le quartier Maizerets. Les terrains seront décontaminés avec 50 millions obtenus du gouvernement Legault dès le printemps prochain.

« Ce seront de gros salaires, comme ceux dont parle le premier ministre », a lancé vendredi le maire de Québec, Régis Labeaume, à propos des emplois qui seront vraisemblablement créés dans cette zone.

Ce centre d’innovation doit s’articuler autour de trois thèmes : la santé durable, le transport intelligent dans la logique multimodale et les technologies propres. La Ville travaille aux côtés de partenaires comme l’Université Laval et le Centre de recherche industrielle du Québec.

L’idée de cette zone provient d’un livre écrit par le premier ministre du Québec. Dans Cap sur un Québec gagnant : le Projet Saint-Laurent, François Legault vante un maillage entre développement économique, recherche et éducation.

J’avais lu le livre sur le projet Saint-Laurent, a raconté M. Labeaume. Et je suis un peu opportuniste alors, dès notre première rencontre, j’en ai parlé à M. Legault.

Régis Labeaume, maire de Québec

Les 50 millions pour la décontamination proviennent d’une enveloppe de Québec qui totalisait 320 millions ; Montréal en a touché 100. Mais Québec aimerait davantage pour faire fleurir cette nouvelle zone.

Un projet à définir

Le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, doit bientôt préciser les avantages dont bénéficieront ces zones d’innovation. Avec son projet Littoral Est, la capitale estime être en bonne position pour obtenir la qualification.

« On ne sait pas encore quels seront les avantages d’une zone d’innovation. Est-ce qu’il y aura des [avantages] incitatifs pour les entreprises qui désirent s’y établir ? Ou des crédits d’impôt pour les emplois, comme le gouvernement avait fait avec le multimédia ? On ne sait pas », a expliqué Charles Marceau, directeur du service du développement économique à la Ville de Québec.

Cette question demeure centrale. Le coup de pouce du gouvernement aidera à attirer les milliards de dollars d’investissement que la Ville prévoit dans ce secteur.

Au ministère de l’Économie, on n’était pas en mesure de dire vendredi à quel moment le détail serait dévoilé.

« Le guide sur les zones d’innovation du ministère de l’Économie et de l’Innovation a été déposé le 7 novembre. Les municipalités intéressées peuvent déposer leur projet au Ministère. Après l’analyse des projets déposés, nous allons annoncer les projets retenus », a précisé le porte-parole du ministre, Mathieu St-Amand.