Québec a chargé hier Investissement Québec d’investir 20 millions d’euros (environ 30 millions de dollars) dans Flying Whales, une entreprise française souhaitant développer des ballons dirigeables, principalement pour le transport de marchandises.

Jean-François Codère Jean-François Codère
La Presse

Le ministre de l’Économie Pierre Fitzgibbon avait annoncé en juin dernier, à l’occasion du Salon aéronautique du Bourget, la conclusion d’une entente de principe avec Flying Whales. Un accord définitif devait être conclu le 30 septembre au plus tard. Il a finalement fallu quelques jours de plus.

Concrètement, Québec injectera environ 15 millions d’euros (22 millions CAN) dans la société mère de Flying Whales et 5 millions d’euros (8 millions CAN) dans Les dirigeables Flying Whales Québec inc., sa nouvelle filiale québécoise.

La part du capital de l’entreprise qui sera ainsi contrôlée par le gouvernement du Québec n’a pas été précisée. En juin dernier, le président de Flying Whales, Sébastien Bougon, avait indiqué à La Presse que l’entente prévoyait des capitaux provenant à 50 % de France, à 25 % du Québec et à 25 % de Chine.

L’objectif, avait-on alors annoncé, était de profiter de l’expertise québécoise en aéronautique pour participer au développement de ces dirigeables, puis d’installer au Québec une usine de production qui desservirait le marché nord-américain.

Les dirigeables imaginés par Flying Whales serviraient surtout au transport de marchandises, en particulier de très lourdes charges, vers des endroits isolés. Ils pourraient, par exemple, être bien utiles, croit-on, pour acheminer de la machinerie vers le Nord québécois.

Une fois ces dirigeables en exploitation, une entreprise distincte devrait aussi être créée au Québec pour les exploiter.

Flying Whales « projette d’effectuer des travaux de recherche et développement au Québec, constituer au Québec une société opératrice de ballons dirigeables, dont le siège social et les opérations seront situés au Québec, ainsi que d’y implanter une usine d’assemblage de ballons dirigeables pour desservir le territoire des Amériques », lit-on dans le décret publié hier par Québec et autorisant cet investissement.