(Washington) Les ventes au détail aux États-Unis ont continué à montrer leur dynamisme en août surtout grâce aux ventes de voitures, selon les chiffres du département du Commerce publiés vendredi.

Agence France-Presse

L’indice des ventes des détaillants et restaurants a progressé de 0,4 % par rapport à juillet en données corrigées des variations saisonnières, dépassant les attentes des analystes qui étaient de 0,2 %.

En juillet elles avaient déjà bondi de 0,8 % (chiffre révisé en hausse).  

En août, les ventes au détail ont totalisé 526,1 milliards de dollars. Elles ont avancé sur un an de 4,1 %.

Le mois dernier, ce sont surtout les ventes automobiles qui ont tiré l’indice après avoir enregistré un bond de 1,8 %. Les matériaux et équipements de construction ont aussi fortement progressé (+1,4 %), de même que les ventes d’articles de sports et de loisirs (+0,9 %) ainsi que celles de produits de santé (+0,7 %).

Malgré les craintes d’un ralentissement de l’activité, ces bons chiffres montrent que le consommateur reste suffisamment confiant dans l’économie pour investir dans d’importantes dépenses comme un véhicule ou la rénovation d’un logement.

Toutefois si l’on exclut les ventes automobiles, l’indice a stagné sur le mois et est en hausse de 3,5 % sur douze mois.

Car plusieurs secteurs s’affichent à la baisse, notamment les ventes d’habillement (-0,9 %), celles des restaurants (-1,2 %) et les ventes de carburants dont les prix ont baissé (-0,9 %).

Les ventes en ligne qui affichent une progression de 16 % sur douze mois ont encore inscrit une hausse de 1,6 % en août. Déjà en juillet elles avaient fait un bond de 1,7 % que les analystes avaient attribué à des promotions d’Amazon ce mois-là, mais la tendance dynamique se confirme sans ces rabais ponctuels.

« Voilà qui est positif pour la croissance du PIB au 3e trimestre », a prédit Jim O’Sullivan qui prévoit qu’entre juillet et septembre, la consommation, locomotive traditionnelle de l’économie américaine, va s’afficher à +3,7 % en rythme annuel.

Ces solides ventes ne devraient toutefois pas décourager la Fed d’abaisser légèrement les taux d’intérêt lors de sa réunion de politique monétaire mercredi vu les incertitudes autour du commerce et la morosité en Europe.

Les acteurs financiers sur les marchés s’attendent toujours à une très large majorité à une baisse des taux de 25 points de base. Ils sont toutefois un peu plus nombreux que les semaines précédentes (13,5 %) à penser que la Fed pourrait les laisser inchangés, selon l’interprétation de CME Group qui surveille l’évolution des produits à terme.