Sans surprise, les érables ne coulent pas beaucoup cette année avec le froid qui ne cesse de sévir. Les producteurs s'attendent donc à une « saison moyenne », ce qui, heureusement pour les consommateurs, ne devrait pas avoir d'incidence sur les prix.

Publié le 6 avr. 2019
MARIE-EVE FOURNIER LA PRESSE

« Mettons que c'est pas parti fort ! [Hier], on pensait que ça coulerait, mais il faisait - 12 °C le matin », raconte Jacques Grégoire de la cabane à sucre du même nom à Saint-Esprit, dans Lanaudière.

Le producteur acéricole, qui a été dans l'industrie « toute sa vie », a commencé à bouillir le 21 mars. Soit un mois plus tard que d'habitude. Et sa « meilleure journée » a été le jeudi 4 avril. « L'an dernier, on avait pratiquement fini [à cette date-là] », précise M. Grégoire.

Résultat : il n'a pas encore produit 25 % du volume d'une année normale. L'an dernier, il avait plutôt battu un record de production avec ses 61 000 livres.

Mais il n'est « pas encore découragé », car « il y a encore beaucoup de neige et il fait froid ». L'homme a aussi vu pire ; ça lui est déjà arrivé une fois de ne commencer à bouillir qu'en avril.

25: Nombre de jours que dure, en moyenne, la saison d'un acériculteur

Du côté des Producteurs et productrices acéricoles du Québec, on confie s'attendre à une « saison moyenne ». « Par rapport à l'an dernier, dit la porte-parole Hélène Normandin, on est à 75 % de la production. Ce n'est pas encore alarmant. Certains produisent jusqu'au début mai. »

Or, on se rappellera que l'année dernière aussi avait été difficile dans certaines régions, ce qui s'était soldé par une production sous la moyenne.

Production québécoise de sirop d'érable (en millions de livres)

Moyenne annuelle : 131,5

2018  : 118

2017  : 152

2016  : 148

PAS DE CONSERVES À 10 $

Les consommateurs ne doivent pas craindre pour autant de devoir payer 10 $ pour la traditionnelle conserve, comme cela s'est déjà vu. Car les années précédentes - 2016 et 2017 - ont été marquées par des records de production qui ont gonflé la « réserve stratégique » créée en 2000 pour stabiliser les prix, explique Hélène Normandin.

« La réserve contient 80 % du volume d'une année de récolte [...]. Ça se peut qu'on ait à puiser dedans, dit-elle, mais on ne la videra pas ! »

Le Québec compte...

11 300 acériculteurs

24 % d'acéricultrices

48 millions d'entailles

675 nouveaux producteurs depuis 2008

72 %

Proportion de la production mondiale issue du Québec

Les exportations de sirop d'érable

(en 2018)

400 millions de dollars (un record)

106 millions de livres (+ 5,2 % par rapport à 2017 et + 48 % par rapport à 2010)