(Calgary) La croissance de la production de sables bitumineux au cours des 20 prochaines années devrait être plus lente que prévu, malgré la baisse des coûts de construction de projet, a estimé mardi l’Institut canadien de recherche énergétique (CERI).

La Presse canadienne

Dans la mise à jour d’une de ses études, le groupe de Calgary a indiqué s’attendre à ce que la production totale de sables bitumineux passe d’environ 3,0 millions de barils par jour en 2018 à entre 4,1 millions et 5,8 millions de barils par jour en 2039.

Dans son scénario de référence, le CERI prévoit que la production de bitume brut augmentera en moyenne de 80 000 barils par jour, soit un peu plus de 2 % par an au cours des 20 prochaines années. Ses prévisions précédentes évoquaient plutôt une croissance de 3 %, à environ 4,7 millions de barils par jour.

Le groupe de recherche calcule que les dépenses d’investissement totales atteindront en moyenne 16,5 milliards par an, mais souligne certains facteurs de risque. Parmi ceux-ci, il évoque notamment la tendance récente de l’industrie à reporter ou annuler des projets, les progrès dans les réductions de coûts, l’incertitude quant au plafond de 100 mégatonnes d’émission de gaz à effet de serre de l’Alberta et l’avenir incertain des pipelines d’exportation.

Selon le CERI, le ralentissement de la croissance permettra à l’industrie de rester en deçà du plafond d’émissions, en atteignant 94 mégatonnes d’ici 2039. Selon les prévisions de l’an dernier, ce plafond aurait été atteint d’ici 2030.

Le coût de la construction d’un nouveau projet de sables bitumineux à injection de vapeur a baissé de 11 % à 40,61 $ CAN le baril de production, tandis que le coût d’un projet d’expansion a diminué de 6 % à 27,60 $ CAN le baril.

« Aux prix actuels (du West Texas Intermediate) d’environ 60 $ US le baril, ces projets sont résolument économiques », note le rapport.

« La position relative des projets de sables bitumineux par rapport aux autres types de pétrole brut est relativement concurrentielle et, comme les prix du pétrole devraient augmenter, la rentabilité des projets de sables bitumineux augmentera également. »