Nouveau mois de septembre, nouvelle ronde de financement record pour l'entreprise montréalaise LightSpeed, qui ajoute cette fois 80 millions de dollars à son capital. La provenance de ces fonds, principalement la Caisse de dépôt et Investissement Québec, cimente du même coup son statut de «gazelle» québécoise.

Mis à jour le 16 sept. 2015
Jean-François Codère LA PRESSE

Après avoir arrosé pendant des années la terre de l'entrepreneuriat technologique québécois au moyen de divers fonds, la Caisse commence à voir apparaître sa première récolte. C'est du moins ce qu'a expliqué Christian Dubé, premier vice-président pour le Québec de la Caisse.

«Depuis une dizaine d'années, la Caisse a beaucoup investi dans les entreprises en démarrage à travers des fonds spécialisés pour lesquels nous agissions comme fournisseurs de capital. Ces fonds ont généré une pépinière d'entreprises. Récemment, j'ai donné le mandat au responsable de ces fonds chez nous, Tom Birch, d'identifier les meilleures. Il les a toutes rencontrées et LightSpeed est l'une de celles-là.»

Cette fois, c'est directement que la Caisse investit dans l'entreprise d'environ 350 employés spécialisée dans les solutions infonuagiques pour les détaillants, et ce, en compagnie d'Investissement Québec. Deux fonds déjà consacrés à l'entreprise, l'américain Accel Partners et le québécois iNovia Capital, réinvestissent aussi.

iNovia est l'un des fonds à travers lesquels la Caisse fait sentir sa présence dans l'écosystème québécois des entreprises en démarrage. C'est par son intermédiaire que la relation a été mise en branle.

«Quand une entreprise comme celle-là en est rendue à sa deuxième ou troisième ronde de financement, on parle d'investissements plus importants qu'un fonds ne peut pas faire seul, explique M. Dubé. Souvent, dans le passé, ces investissements étaient faits par des investisseurs situés à l'extérieur du Québec. Là, nous avons développé l'intelligence nécessaire pour investir dans ces entreprises-là.»

Expansion internationale

Pour LightSpeed, qui avait recueilli 35 millions de dollars à pareille date l'an dernier, la nouvelle somme permettra surtout d'accélérer l'expansion internationale.

«Il nous reste encore du capital de l'an dernier, mais là, nous avons tellement d'ambitions internationales», fait valoir Dax Dasilva, chef de la direction et fondateur de LightSpeed.

Les logiciels de l'entreprise sont installés dans environ 55 000 appareils répartis dans une centaine de pays.