Le géant pharmaceutique suisse Roche a renoncé à sa licence en Inde pour son anticancéreux Herceptin, un de ses médicaments phares, a-t-il indiqué vendredi.

Publié le 16 août 2013
AGENCE FRANCE-PRESSE

«Roche est parvenu à la conclusion (qu'il n'allait pas) poursuivre la licence indienne No. 205534 (la licence secondaire) et les applications par division associées», a indiqué un porte-parole du groupe dans un courriel à l'AFP.

«Nous allons continuer de faire prévaloir nos autres brevets couvrant nos médicaments en Inde», a toutefois précisé le groupe bâlois.

L'Herceptin a été récemment au centre d'une vive polémique sur la protection de la propriété intellectuelle en Inde.

Début août, le groupe suisse a en effet perdu sa licence pour ce médicament, les autorités indiennes ayant affirmé que Roche n'avait pas suivi la procédure adéquate pour la défendre.

Ce produit avait été autorisé en Inde en 2007 dans le cadre de traitements pour le cancer du sein, mais sa licence a par la suite été contestée par un particulier, selon le bureau de Calcutta chargé de l'octroi des licences.

D'après cette autorité, le groupe pharmaceutique suisse a eu la possibilité d'être entendu pour se défendre, mais la licence est devenue caduque du fait des délais de procédure.

Cette décision a déclenché une volée de critiques dans la presse internationale, d'autant qu'un comité indien avait, peu avant, retiré sa licence à un anticancéreux de GlaxoSmithKline, estimant qu'il n'était pas suffisamment innovant.

Roche a toutefois tenté de relativiser l'impact de cette décision pour l'Herceptin.

Bien que ce médicament ne soit plus protégé par un brevet en Inde, il n'y a actuellement aucun médicament biosimilaire approuvé sur ce marché, a précisé le porte-parole du groupe à l'AFP.

De plus, le chiffre d'affaires du groupe en Inde se montait à 64 millions de francs suisses (70,9 millions de dollars) en 2012, soit 0,2% de ses ventes en pharmacie.

«C'est un très petit marché pour Roche», a indiqué son porte-parole.