Les nouvelles inscriptions au chômage aux États-Unis ont rebondi fortement et plus que prévu après deux semaines de baisse notable, selon des chiffres publiés jeudi par le département du Travail à Washington.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Le ministère a recensé le dépôt de 464 000 nouvelles demandes d'allocations dans le pays du 11 au 17 juillet, soit 8,7% de plus que la semaine précédente.

La hausse a été plus forte que ne le prévoyaient les analystes, qui attendaient une remontée de l'indicateur à 445 000, selon leur estimation médiane.

Cette remontée des inscriptions témoigne des difficultés du marché de l'emploi américain. Depuis le début de l'année, les nouvelles inscriptions au chômage n'ont pas baissé plus de deux semaines de suite.

Les nouveaux chiffres du ministère montrent un retour de l'indicateur au-dessus de la marque des 440 000, qu'il avait franchie en baisse la semaine précédente pour la première fois depuis le début du mois de février.

Le président de la banque centrale américaine (Fed), Ben Bernanke, a déclaré mercredi que les créations d'emplois du secteur privé observées depuis le début de l'année étaient «insuffisantes» pour faire baisser réellement le chômage, qui atteignait 9,5% fin juin.

La persistance d'un chômage élevé couplée à une croissance molle a fait ressurgir récemment les craintes d'une rechute de l'activité qui torpillerait la reprise de l'économie américaine entamée pendant l'été 2009.

Le niveau très bas de l'inflation ravive de plus l'hypothèse d'une éventuelle déflation aux effets dévastateurs.

Sans minimiser ces risques, M. Bernanke estime que la croissance devrait se poursuivre à un rythme lent, mais a indiqué mercredi que son institution se tenait prête à prendre de nouvelles mesures pour empêcher qu'il ne se réalisent.