Sous la protection de la loi sur les faillites depuis quatre mois, l'entreprise Canwest Global, l'un des deux gros télédiffuseurs privés au Canada anglais, s'est trouvé un sauveur pour éviter le pire face à ses créanciers.Shaw Communications, plus gros câblodistributeur de l'Ouest canadien, a convenu d'acquérir une part de contrôle du capital remanié de Canwest Global..

Mis à jour le 12 févr. 2010
Martin Vallières
Martin Vallières LA PRESSE

Si elle aboutit comme prévu, après le feu vert requis des créanciers de Canwest, de la justice et du CRTC, cette transaction amènera Shaw dans le sillon de la convergence qui a déjà été tracé par ses principaux homologues canadiens: le groupe Quebecor-Vidéotron, au Québec, et Rogers Communications, en Ontario.

«Nous sommes enthousiasmés d'obtenir à prix raisonnable le contrôle de l'un des principaux diffuseurs et producteurs de contenu télévisuel au Canada», a commenté Jim Shaw, chef de la direction de Shaw Communications et fils du fondateur de l'entreprise de Calgary.

Sur le blogue de Sophie Cousineau > Big bang médias: Shaw gobe Canwest

L'intérêt de Shaw pour des actifs télévisuels de Canwest Global était connu dans le milieu des médias électroniques au Canada.

Il y a un mois, en marge d'une assemblée d'actionnaires à Calgary, Jim Shaw avait confirmé des discussions avec la famille Asper de Winnipeg, qui contrôlait Canwest jusqu'à récemment.

Et hier, le président du conseil d'administration de Canwest Global, Derek Burney, a fait part de sa «grande satisfaction d'avoir obtenu un engagement ferme d'investissement de la part de Shaw Communications».

Le montant de cet accord salvateur pour Canwest Global n'a pas été divulgué. En fait, les deux entreprises veulent le garder confidentiel jusqu'à l'approbation de leur entente en Cour, attendue en avril prochain.

Mais déjà, des rumeurs dans la presse d'affaires torontoise suggèrent un débours d'à peine 65 millions de dollars de la part de Shaw, pour s'approprier le contrôle effectif de Canwest Global.

L'entente annoncée hier prévoit l'obtention par Shaw de 20% du prochain capital-actions de Canwest Global, mais surtout de 80% de ses droits de vote.

L'accord des principaux groupes de créanciers à cette prise de contrôle à rabais par Shaw semble relativement sûr.

Il s'agit surtout des détenteurs d'obligations et de débentures qui forment la dette massive de 4 milliards de dollars de Canwest Global.

L'entreprise a déjà convenu avec eux, il y a plusieurs semaines, de la conversion de leurs titres de dette en nouveaux titres de son prochain capital-actions.

Par ailleurs, si l'entente avec Shaw consolide l'avenir de l'un des principaux télédiffuseurs au Canada, le mystère demeure entier en ce qui concerne l'importante filiale de presse écrite de Canwest Global.

Cette filiale, qui comprend le plus gros réseau de quotidiens (11) au Canada anglais, dont The Gazette à Montréal, avait été exclue de la déclaration d'insolvabilité de Canwest Global en octobre 2009.

Mais cette situation a changé depuis le 8 janvier lorsque cette filiale de presse écrite, Canwest LP, fut mise à son tour sous protection judiciaire.

Cette procédure a aussi enclenché la sollicitation d'offres d'achat. Et ce, même si les principaux créanciers de Canwest LP, dont cinq grandes banques canadiennes, ont soumis une offre préliminaire de près de 1 milliard de dollars.

Depuis, des acheteurs potentiels pour les journaux de Canwest ont manifesté leur intérêt, sinon suscité des rumeurs dans le secteur médiatique.

Le président de Quebecor, Pierre Karl Péladeau, fut l'un des premiers à déclarer son «intérêt particulier» envers l'appel d'offres pour les actifs de Canwest LP.

Toutefois, Quebecor est déjà bien pourvue en journaux au Canada anglais. Sa principale filiale de presse écrite, Sun Media, publie des quotidiens dans les principales villes canadiennes, en concurrence directe avec plusieurs journaux de Canwest LP.

Au moins deux entités d'affaires de Toronto sont pressenties comme acquéreurs potentiels des journaux de Canwest.

D'une part, il s'agirait de l'entreprise médiatique Torstar, qui publie quelques journaux dans le sud de l'Ontario notamment le Toronto Star, le quotidien à plus gros tirage au Canada.

Les rumeurs attribuent à Torstar un intérêt particulier pour les quotidiens The Citizen, à Ottawa, et The Gazette, à Montréal.

D'autre part, un groupe d'investisseurs intéressés à Canwest LP serait mené par le Torontois Paul Godfrey, actuel président du quotidien National Post (affilié à Canwest LP) et un ex-président et ex-actionnaire de Sun Media.

Ce groupe mené par M. Godfrey comprendrait l'entreprise d'annuaires CanPages, de Vancouver, ainsi qu'une société américaine d'investissements privés.

- Avec Bloomberg et La Presse Canadienne