La situation géographique de la province, loin des sources de production et à l'extrémité des pipelines, impose des prix plus élevés qu'ailleurs aux consommateurs québécois de gaz naturel.

François Riverin

La situation géographique de la province, loin des sources de production et à l'extrémité des pipelines, impose des prix plus élevés qu'ailleurs aux consommateurs québécois de gaz naturel.

Le gaz naturel provient en totalité de l'Ouest. À partir du puits du producteur, il est compressé plusieurs fois et acheminé par le réseau de transport de TransCanada Pipeline jusqu'au réseau de distribution de Gaz Métro ou de sa filiale Gazoduc Trans Québec & Maritimes.

Selon une étude de l'institut de recherche Cirano, le consommateur québécois paie un prix moyen plus élevé que celui des autres provinces, et même des autres régions du monde, en raison notamment des frais de transport.

Selon Cirano, la part des frais de transport en 2003 a atteint 20% du prix moyen de 8,23$ le Mpc (mille pieds cubes) et celle des frais de distribution, 30%.

Selon le ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec, la province consomme bon an mal an quelque 200 bcf (milliard de pieds cubes) de gaz naturel par année. Le gaz naturel entraîne entre 12 et 13% de toutes les dépenses énergétiques de la province.

En raison de la hausse de prix des dernières années, et de la concurrence de l'électricité à bas prix, la consommation totale de gaz naturel est en régression depuis 1998.

Toutefois, la consommation de gaz naturel du secteur du transport croît chaque année.

Il faut bien distinguer ici le prix que paie le consommateur, déterminé par les organismes de réglementation, de celui que reçoit le producteur, qui est déterminé par le marché.

Le prix des producteurs est basé sur celui du Nymex, qui reflète le cours du gaz naturel au carrefour des pipelines Henry Hub, en Louisiane, ou du carrefour Aeco, à la frontière de l'Alberta.

Au Canada, les unités utilisées sont le dollar par gigajoule ou le dollar par Mpc. Aux États-Unis c'est le dollar par million de BTU.

Le prix de ces trois unités s'équivaut à quelques points de pourcentage près, en tenant compte du taux de change et des distances de transport.

Selon Cirano, le prix moyen payé par les consommateurs du Québec a connu une augmentation annuelle composée d'un peu moins de 6% de 1980 à 2006.

Le prix moyen pour le consommateur résidentiel a été aussi bas que 4,50$ le Mpc en 1980 et aussi haut que 17$ en 2006, la dernière année de statistiques disponibles.

Les industries et les commerces sont les plus gros consommateurs de gaz naturel de la province, ayant acheté respectivement 61% et 29% du gaz vendu par Gaz Métro en 2007.

Les prix du Nymex et Aeco en Alberta sont très volatils. Ils dépendent de la consommation des grands utilisateurs comme les centrales au gaz naturel, laquelle varie fonction surtout de l'intensité du froid en hiver et celle de la chaleur en été.