Hush Puppies Canada décroche un mandat mondial de son groupe international de chaussures pour son siège social de Montréal.

Laurier Cloutier

Hush Puppies Canada décroche un mandat mondial de son groupe international de chaussures pour son siège social de Montréal.

Avec deux designers de Londres et de New York, Rachel Franconi et Phillip Bloch, Hush Puppies Canada lance pour l'automne prochain deux collections de chaussures décontractées pour hommes et femmes, sur les marchés canadien et étranger.

Cela devrait contribuer à une croissance des ventes de Hush Puppies Canada deux fois supérieure à celle de son industrie de la chaussure, à maturité, explique à La Presse Affaires Dave Shepherd, président de Wolverine World Wide Canada, qui possède plusieurs marques, dont Hush Puppies.

À partir de Montréal, Hush Puppies Canada s'est déjà taillé une place de choix dans le groupe international avec ses bottes stylisées et imperméables.

Pour y arriver, la filiale canadienne profite du climat nordique, mais surtout de «l'excellent centre de la mode que constitue Montréal, souligne Dave Shepherd. C'est la capitale canadienne de la mode et l'entreprise capitalise sur ça».

Outre celui de sa division internationale, Wolverine World Wide exploite trois grands centres de design dans le monde, soit aux États-Unis, en Europe et au Canada, à Montréal, explique le président.

Tous ces designers travaillent régulièrement ensemble, mais chacun des centres nationaux présente ses projets au groupe international, déclare Dave Shepherd. Montréal vient de monter d'un cran et pourra afficher une croissance des ventes de plus de 10% par année, comparativement à 5% pour son industrie, dit-il.

Si Hush Puppies a toujours misé sur le confort, dont au Canada depuis 50 ans, l'entreprise a mis l'accent sur la mode depuis 10 ans, grâce aux designers qui ont redécouvert sa notoriété.

Hush Puppies n'a plus d'usine au Québec, car les coûts de la main-d'oeuvre posent de grands défis dans la chaussure.

C'est à la Chine que Hush Puppies doit confier une grande partie de la production de ses chaussures et bottes, conçues à Montréal et ailleurs. Le Brésil, le Vietnam, la Thaïlande, l'Espagne et l'Inde fournissent l'autre partie.

«La Chine et l'Inde sont devenues les ateliers de chaussures du monde» déclare Dave Shepherd. Les salaires et les problèmes de main-d'oeuvre augmentent toutefois aussi en Chine, pendant que les chaînes doivent surveiller leurs marges de profit.

Pour faire face aux défis, Wolverine World Wide a groupé des marques comme Harley Davidson, Caterpillar et Merrell, tout en continuant d'étudier des acquisitions, au Canada, mais surtout ailleurs, dit-il.

Les concurrents comprennent Clark et Rockport, mais aussi des marques privées de chaînes comme Browns et Feet First. Cette dernière fait partie du groupe Aldo, de Montréal, un des plus grands du monde, avec une dizaine de marques, note-t-il. Si Aldo est un concurrent, c'est aussi un bon client de Wolverine World Wide.