Deux Airbus A380, le super-jumbo de l'avionneur européen, ambitionnant de briser le monopole du Boeing 747, ont entamé lundi une campagne d'essais techniques en conditions commerciales aux États-Unis, une première dans ce pays.

Agence France-Presse

Deux Airbus A380, le super-jumbo de l'avionneur européen, ambitionnant de briser le monopole du Boeing 747, ont entamé lundi une campagne d'essais techniques en conditions commerciales aux États-Unis, une première dans ce pays.

Un premier A380, portant le numéro MSN1, a décollé tôt lundi matin de l'aéroport de Toulouse-Blagnac, dans le sud-ouest de la France, à destination de Los Angeles, cinquième aéroport au monde en termes de passagers.

Le second appareil, portant le numéro MSN7, s'est envolé peu après en direction de l'aéroport John F. Kennedy de New York avec environ 500 passagers, des invités d'Airbus ainsi que des membres de la compagnie aérienne allemande Lufthansa, ce qui permettra d'effectuer ce trajet en conditions réelles, avec tout le service à bord.

L'A380 parti de Toulouse, sans passagers et ayant réalisé le premier vol d'un super-jumbo le 27 avril 2005, effectuera une série d'essais de «compatibilité aéroportuaire» sur l'aéroport de Los Angeles, selon Airbus.

Les essais (manoeuvres aéroportuaires, manutention au sol, y compris le ravitaillement en carburant) seront effectués en collaboration avec la compagnie australienne Qantas Airways, qui assurera, depuis l'Australie vers Los Angeles, la première desserte régulière de l'A380 aux États-Unis.

Le second A380, qui était arrivé à Francfort samedi, a à ses commandes des pilotes d'essai d'Airbus et des pilotes de la compagnie allemande Lufthansa, l'un des principaux clients de l'A380.

Le MSN7 s'envolera ensuite pour Chicago avant de revenir à New York mardi et de regagner Francfort mercredi. Cet appareil partira ensuite pour Hong Kong, le 24 mars, avant de retourner vers les États-Unis. Il se posera le 25 mars à Washington et fera escale à Munich, en Allemagne, le 28 mars avant son retour à Toulouse.

L'objectif des essais qui seront menés sur cet appareil «est d'affiner les réglages des systèmes cabines de l'avion dans des conditions opérationnelles représentatives de plusieurs vols réguliers, en vue de sa mise en service prévue dans quelques mois», a indiqué Airbus.

L'avion géant d'Airbus a obtenu le 12 décembre, lors d'une cérémonie à Toulouse, son certificat de navigabilité, signé par les autorités de l'aviation civile européenne et américaine, l'EASA (Agence européenne de la sécurité aérienne) et la FAA (Federal Aviation Authority).

Depuis les premiers essais d'aéroport pour cet avion, qui pourra transporter entre 555 et 845 passagers, l'A380 s'est déjà rendu dans 40 aéroports dans le monde. «Dès 2011, plus de 70 aéroports seront prêts à le recevoir», selon Airbus.

Le carnet de commandes du super-jumbo, destiné à briser le monopole du Boeing 747, s'élève pour l'heure à 166 commandes fermes et engagements d'achat émanant de 15 compagnies clientes.

Singapore Airlines sera la première compagnie à prendre livraison d'un A380 en octobre prochain. Initialement prévue au printemps 2006, la livraison a dû être reportée en raison d'importants retards de production, en particulier au niveau des câblages électriques.

Au total, Singapore Airlines, l'une des compagnies-phare en Asie, a commandé 19 A380, avec six options supplémentaires.

Lufthansa a pour sa part commandé 15 exemplaires de l'avion géant d'Airbus, alors que Qantas Airways a effectué une commande ferme de 12 appareils, assortie de 8 intentions d'achat.