Les bons résultats de Quebecor Média permettent à la Caisse d'écrire un gain sur papier de 284 millions de dollars en 2006 pour l'investissement le plus important de son histoire. Cela ne doit pas faire oublier l'importante radiation qu'elle a dû faire par le passé

Rudy Le Cours

Les bons résultats de Quebecor Média permettent à la Caisse d'écrire un gain sur papier de 284 millions de dollars en 2006 pour l'investissement le plus important de son histoire. Cela ne doit pas faire oublier l'importante radiation qu'elle a dû faire par le passé

En 2002, la Caisse s'était associée à Quebecor pour souffler à Rogers l'acquisition de Vidéotron et de TVA.

La transaction lui avait coûté à l'époque la bagatelle de 3,2 milliards. Fin 2004, la Caisse inscrivait dans ses livres 997 millions comme juste valeur marchande de son placement. L'an dernier, cette valeur grimpait à 1,33 milliard. En 2006, la valeur est haussée de 284 millions, à 1,61 milliard, soit la moitié de sa valeur initiale.

La Caisse détient toujours une participation de 45% dans Quebecor Média. Son PDG, Henri-Paul Rousseau, a précisé que, même à cette hauteur, la Caisse n'est «pas opérateur». Bref, il ne prend aucune responsabilité quant à qualité du contenu ou de la stratégie de Quebecor devant le CRTC.