La Californie et l'Ouest américain sont appelés à jouer un rôle de plus en plus important ces prochaines années dans la stratégie de développement du gouvernement québécois à l'étranger.

Nicolas Berubé

La Californie et l'Ouest américain sont appelés à jouer un rôle de plus en plus important ces prochaines années dans la stratégie de développement du gouvernement québécois à l'étranger.

Selon la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Monique Gagnon-Tremblay, le Québec a tout à gagner à accroître les échanges commerciaux et culturels avec le plus populeux et le plus riche des États américains.

«Le Québec ne peut se permettre d'ignorer la Californie. L'État est à l'avant-garde de ce qui se fait dans les domaines des sciences de la vie, de l'environnement C'est ici qu'il faut se faire connaître, qu'il faut tisser des liens», a-t-elle dit en entrevue avec La Presse dans les bureaux de la délégation du Québec à Los Angeles.

En 2001, le gouvernement québécois ne disposait que de deux employés à Los Angeles. Aujourd'hui, le bureau de la délégation du Québec à L.A. compte neuf employés à temps plein, dont un conseiller fraîchement embauché.

Succès mal connus

En dépit d'une fiche de route intéressante, les succès des entreprises québécoises dans l'Ouest américain demeurent mal connus.

«Aldo brasse des affaires ici, Saputo également. Il y a aussi Couche-Tard, la Caisse de dépôt Les Québécois sont présents, et il faut encourager plus d'entreprises à s'établir en Californie. Il faut que l'on amène ici notre expertise.»

Le Québec doit aussi faire plus pour être reconnu à l'étranger. «Bien des Américains ne connaissent pas le Québec. Quand on leur parle de Robert Lepage, du Cirque du Soleil, d'entreprises comme Bombardier, là ils comprennent Il faut poursuivre cette lancée et faire en sorte que le Québec soit davantage connu aux États-Unis.»

Comme exemple de partenariat, Mme Gagnon-Tremblay cite le cas de deux experts québécois qui ont récemment joint les rangs du musée Getty à Los Angeles, considéré comme l'un des plus prestigieux aux États-Unis.

«Dans la liste des 20 meilleures universités au monde, six sont en Californie Il y a des liens à créer avec ces gens-là, c'est certain, et c'est ce à quoi la délégation travaille.»

Selon les données compilées par le gouvernement du Québec, environ 10 000 Québécois habitent en Californie.

Intérêt pour le Québec

«Et ce qu'il y a de fantastique, c'est que les gens ici sont intéressés par le Québec, explique la ministre. Ils voient qu'on est différents, que notre culture est unique, et c'est perçu comme une force. Nous avons déjà de bons contacts avec les gouverneurs des États américains limitrophes. Nous voulons poursuivre le développement avec l'Ouest américain. On sait que 80 % des exportations du Québec vont vers les États-Unis, alors c'est normal de renforcer les liens.»

En tournée dans les délégations québécoises aux États-Unis cette semaine, Mme Gagnon-Tremblay devait aussi se rendre à Las Vegas, où une rencontre est prévue avec le maire de la ville, Oscar Goodman. Pas moins de cinq spectacles orchestrés par le Cirque du Soleil sont présentés actuellement à Las Vegas.

«Le maire a dit qu'il allait nous accueillir à bras ouverts, explique la ministre. Il répète que les Québécois ont changé le visage de sa ville, et quand on regarde tout ce qui a été accompli, on ne peut qu'être d'accord avec lui.»