En cette ère de magasinage en ligne tous azimuts, la conversion des centres commerciaux est bel et bien commencée dans la région montréalaise. Pensons notamment au projet résidentiel, commercial et de bureaux de RioCan et Broccolini à Kirkland, annoncé en début d’année. Le dernier exemple en lice : la transformation des Jardins Dorval, près de l’aéroport Trudeau.

André Dubuc
André Dubuc La Presse

Le vénérable centre commercial, construit en 1954, sacrifiera un de ses stationnements, devenu inutile, pour y construire jusqu’à six tours résidentielles comportant 1000 logements dans le cadre du projet baptisé Square d’Orval. Le nom se veut un hommage au coureur des bois Jean-Baptiste Bouchard dit d’Orval, qui a fait l’acquisition de ces terres à la fin des années 1600.

Le propriétaire-promoteur est North American Development Group (NADG), qui a racheté la propriété en 2019. On lui connaît la construction des centres commerciaux de grande surface dans les années 2000. On lui doit notamment le Carrefour de la Rive-Sud, à Boucherville, qui accompagne le magasin IKEA de la Rive-Sud.

Horizon de six ans

Dans son entièreté, le Square sera composé de six tours de 8 à 16 étages regroupant plus de 1000 unités locatives et de copropriétés. On y retrouvera en complément des commerces de proximité, des restaurants et d’autres services. Les deux premières tours locatives de 360 unités représentent un investissement de plus de 150 millions. Cette première phase, signée par la firme d’architecture Provencher Roy, devrait s’échelonner sur une période de deux ans.

Les bâtiments offriront des vues sur le lac Saint-Louis, à l’est, sur le mont Royal et le centre-ville de Montréal et au nord, sur les aéronefs de l’aéroport Trudeau pour les observateurs d’avions.

Le stationnement disparaîtra sous terre à l’exception de 50 cases. Îlot de chaleur inutile, le terrain deviendra un espace vert sur plus de la moitié de sa superficie : parc, jardins communautaires et toits-terrasses. « C’est possible grâce à la construction en hauteur qui a pour effet de réduire l’empreinte au sol », explique au téléphone le vice-président Développement de North American, Sylvain Forté.

Une marge de dégagement de 25 mètres sera respectée entre les tours et les maisons de plain-pied de la rue Louise-Lamy à l’ouest du site. « Il s’agit d’ailleurs d’une demande faite par les riverains du projet dans le cadre des portes ouvertes tenues par NADG au début du projet », a indiqué dans un communiqué Glen Munro, associé-directeur.

Deux ans de préparation

Avant d’en arriver à la pelletée de terre de mardi, le projet a fait l’objet de discussions et de consultations auprès des résidants de la Cité de Dorval depuis deux ans. « Ces échanges avec la population et la ville nous ont permis de faire évoluer le projet, de le bonifier et lui donner une couleur locale », a ajouté M. Forté, dans ce même communiqué.

Le détail des prochaines phases fera l’objet d’annonces ultérieures au fur et à mesure de l’avancement du chantier.

Fondée en 1977, North American Development Group a travaillé au cours de son histoire sur plus de 250 centres commerciaux, projets résidentiels et projets d’usages mixtes, totalisant plus de 35 millions de pieds carrés au Canada et aux États-Unis.