Chaque semaine, La Presse présente conseils, anecdotes et réflexions pour leaders, entrepreneurs et gestionnaires

Isabelle Massé Isabelle Massé
La Presse

La méthode

Soyez proches même virtuellement

Alors que le confinement persiste, sous une forme ou une autre, et garde à la maison bien des gens en télétravail, l’importance de fidéliser ses employés à distance est plus criante que jamais. « Il ne faut négliger aucun geste, note Julie Lajoie, directrice principale d’Altrum Reconnaissance. Mais ça prend plus qu’un mot envoyé tous les jours par courriel. » Voici cinq façons de fidéliser :

Des petits gestes variés. « Créez-vous des moments pour briser votre agenda structuré, conseille Mme Lajoie. Ça peut être un café virtuel. Ou encore l’annonce aux employés qu’un budget de 15 $ leur est consacré pour qu’ils s’achètent un repas qu’ils mangeront tous ensemble virtuellement. »

Un système de parrainage. « Sans nécessairement de lien hiérarchique. On s’assure ainsi que chaque personne ait une autre personne à qui parler. »

Des réunions participatives. « Déléguer certaines portions des réunions à des employés, poser des questions et demander l’opinion des gens. »

Du soutien technologique aux gestionnaires. « Il ne faut pas tenir pour acquis que les gestionnaires n’ont pas de problèmes. »

Augmentation des points de contacts avec les employés. « On ne veut pas être dans une situation où on contrôle, mais où on sonde. On peut demander à l’employé : Comment puis-je t’aider à gagner en efficacité ? »

PHOTO FOURNIE PAR ALTRUM

Julie Lajoie, directrice principale d’Altrum Reconnaissance

La citation

« Je ne fais pas de différence entre l’entrepreneuriat inc. et l’entrepreneuriat social. Car ce sont des besoins, c’est de l’argent. J’ai un budget de 5 millions par année. Je dois générer des revenus. J’ai des dépenses, des employés. Je gère une entreprise… mais qui a une mission sociale. À la fin de la journée, je ne m’enrichis pas personnellement. C’est une entreprise 100 % dédiée à faire du bien. »

– Jean-François Archambault, directeur général de La Tablée des Chefs qui, depuis le début de la pandémie, a distribué 2,4 millions de repas à des banques alimentaires

(Source : Les dix de 2020, Radio-Canada)

PHOTO FOURNIE PAR LA TABLÉE DES CHEFS

Jean-François Archambault, directeur général de La Tablée des Chefs

La solution

Effet boomerang

Accueillie à la fois avec joie et scepticisme en 2015, la décision de l’entreprise de traitement de paiements par carte de crédit Gravity Payments d’augmenter les salaires de tous ses employés à 70 000 $ US semble avoir porté ses fruits, cinq ans plus tard. En avril dernier, alors que la direction faisait face à d’importantes pertes de revenus à cause de la pandémie, son PDG, Dan Price, a fait savoir à ses employés qu’il devrait trouver une solution aussi efficace que rapide pour que l’entreprise survive, tout en évitant les mises à pied. Un employé a alors suggéré que chacun inscrive sur un bout de papier quel pourcentage de son salaire il sacrifierait pour franchir les mois difficiles. « Presque tous ont signifié qu’ils accepteraient une baisse de salaire, de 50 % pour des douzaines d’entre eux et même de 100 % pour une dizaine parmi eux ! J’en ai eu les larmes aux yeux », a confié M. Price au Toronto Star. Concrètement, personne n’a vu son salaire fondre de plus de 50 %. Et la baisse fut d’au maximum 30 % pour ceux faisant moins de 100 000 $. En juillet, après la tempête, les employés ont récupéré leur salaire initial.

(Source : Toronto Star)

Le chiffre

150 millions US

C’est le montant minimum que compte investir Elon Musk pour aider à peupler la planète Mars. Le dirigeant de SpaceX et Tesla, qui vaut 185 milliards, précise que c’est la valeur de ses propriétés qui sera investie dans ce projet. Selon Entrepreneur, il a récemment vendu six propriétés de Los Angeles pour une valeur de 150 millions US. « Je ne veux plus posséder de maisons. Je vais toutes les vendre », affirme-t-il. Elon Musk, qui ne conçoit pas que l’espèce humaine ne vive que sur une planète, notamment à cause de cataclysmes potentiels, rêve d’une première mission sur Mars pour SpaceX dans quatre ans et que 1 million de personnes s’y établissent à compter de 2050.

(Source : Entrepreneur.com)

PHOTO BRENDAN MCDERMID, ARCHIVES REUTERS

Elon Musk, PDG de Tesla et SpaceX

Le truc

Conseils de la mairesse

L’horaire professionnel de Valérie Plante est évidemment très chargé. Comment passer à travers une journée où se succèdent réunions, annonces et autres feux à éteindre, outre grâce à des séances de natation matinales trois fois par semaine ? « Je segmente les activités au cours de ma journée, explique la mairesse de Montréal. Il faut des énergies très différentes pour faire une conférence de presse, rencontrer un ministre ou écouter un citoyen. Et j’ai toujours des urgences ! Après chacun de ces moments, je prends le temps de me dire : “Je viens de finir ceci, je passe à autre chose.” Et je me concentre sur la prochaine réunion en laissant le reste derrière. »

(Source : Châtelaine)

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Valérie Plante, mairesse de Montréal

Qui a dit ?

« La musique doit être accessible au plus grand nombre, j’en suis un parfait exemple : une exposition à la musique peut changer votre vie. J’ai entendu l’Ouverture 1812 de Tchaïkovski et j’ai été frappé par le thème de La Marseillaise aux cuivres. J’avais 14 ans. »

Réponse : Rafael Payare, nouveau directeur musical de l’OSM

(Source : Le Devoir)

PHOTO GERARD COLLETT, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Rafael Payare, directeur musical de l’OSM