On le sait, Stéphan Crétier, le PDG de GardaWorld, tente depuis un an maintenant de mettre la main sur le leader mondial de la sécurité privée, G4S. Mais parallèlement à cet immense projet d’expansion, GardaWorld travaille à l’implantation prochaine d’un centre mondial d’expertise en sécurité avancée qui logera dans l’ancien siège social de l’entreprise Aldo, à Saint-Laurent.

Jean-Philippe Décarie Jean-Philippe Décarie
La Presse

En entrevue, mardi, Stéphan Crétier a été éminemment critique à l’endroit de la Caisse de dépôt et placement du Québec, qui vient directement le concurrencer et contrecarrer ses projets d’expansion. Il réagissait au dépôt d’une offre de l’entreprise américaine Allied, soutenue par la Caisse de dépôt, pour la britannique G4S, la cible que Garda convoite depuis plus d’un an.

L’homme d’affaires est resté discret sur un autre projet important qui occupe GardaWorld, mais il n’a pas réussi à éluder complètement la question, tellement il souhaite faire de Montréal une plaque tournante, un hub mondial de la sécurité avancée.

Stéphan Crétier a de l’ambition. L’entreprise GardaWorld veut acquérir G4S, qui compte 550 000 employés actifs dans 85 pays et génère des revenus de 13 milliards. C’est cinq fois plus d’employés que n’en compte Garda et plus de trois fois son chiffre d’affaires.

« En acquérant G4S, on devient automatiquement le plus gros joueur mondial de la sécurité privée et c’est à Montréal que va loger le siège social de ce nouveau géant, avec 635 000 employés répartis dans 92 pays. On va investir massivement dans les nouvelles technologies pour faire de Montréal le centre mondial d’excellence et d’expertise en sécurité avancée.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Stéphan Crétier, PDG de GardaWorld

Tous nos spécialistes — gestionnaires et opérateurs — à travers le monde vont venir se faire former sur notre campus selon les plus hauts standards professionnels, on va devenir la référence mondiale de la sécurité intégrée.

Stéphan Crétier, PDG de GardaWorld

GardaWorld est en train de s’associer avec Investissement Québec, précise Stéphan Crétier, pour réaliser la transformation du magnifique complexe qui abritait le siège social et créatif de la multinationale Aldo, situé à Saint-Laurent, où plus de 1100 personnes travaillaient quotidiennement.

Aldo Bensadoun a aménagé les lieux pour en faire un véritable campus moderne de plus de 300 000 pieds carrés, tout éclairé et percé par un immense atrium de 10 000 pieds carrés, avec des terrains attenants de soccer et de volleyball ainsi qu’un centre de conditionnement physique. Le détaillant de chaussures a quitté les lieux l’été dernier dans la foulée de la restructuration financière qui l’a forcé à réduire ses coûts d’exploitation.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

La mezzanine de l’ancien siège social de l’entreprise Aldo

Garda va pouvoir loger les 450 employés de son siège social dans son nouveau complexe et prévoit recruter une centaine de nouveaux employés, surtout des spécialistes en technologies. Les 750 employés de son centre opérationnel de Griffintown, principalement actif dans le transport des valeurs, vont rester là où l’entreprise est installée depuis 2003, lorsqu’elle a fait l’acquisition de la firme Secur.

« Notre centre d’excellence de Montréal va être une vitrine mondiale. On va y retrouver notre laboratoire, où on développe toutes nos technologies de surveillance par caméra, un autre où on va déployer tous nos systèmes de cartes d’accès, et c’est ici qu’on va installer notre centre de contrôle international qui supervise toutes les crises dans le monde en temps réel », ajoute le PDG.

Est-ce que GardaWorld entend pousser le projet avec le même enthousiasme si l’acquisition de G4S échoue et que l’entreprise passe aux mains du concurrent Allied, protégé de la Caisse de dépôt ?

« Je ne souhaite surtout pas faire de chantage avec ce projet. Ce que j’expose, c’est l’importance d’un siège social et le rayonnement que notre centre d’excellence va apporter à Montréal. Le gouvernement britannique nous a approchés lorsqu’il a eu connaissance de notre intention d’acquérir G4S. Il souhaitait que l’on s’installe là-bas. Moi, je suis montréalais et c’est ici qu’on va développer.

« On dépense chaque année des fortunes en formation. On en fait ici, en Floride, à Dubaï, à Londres ou St. Louis. Là, on va centraliser toute cette activité dans notre campus à Montréal. C’est la façon d’intégrer nos valeurs et notre culture. Ce centre va être important dans l’intégration des gens de G4S, on va les former à nos standards », espère le PDG.

Petit rappel historique : lorsque Garda s’est installée dans Griffintown en 2003, l’entreprise comptait 4000 employés et réalisait des revenus de 85 millions, seulement au Canada. Aujourd’hui, l’entreprise emploie plus de 100 000 professionnels de la sécurité dans plus de 40 pays et affiche des revenus de 4 milliards.