(Sydney) La compagnie aérienne australienne Qantas a annoncé mardi qu’elle allait supprimer près de 2500 emplois supplémentaires, quelques jours après avoir fait état d’une énorme perte annuelle due à l’effondrement du trafic provoqué par le coronavirus.

Agence France-Presse

Qantas et sa filiale à rabais Jetstar ont annoncé qu’ils allaient externaliser leurs opérations de manutention au sol dans tous les aéroports australiens, dans l’attente des conclusions d’un examen plus vaste de ces activités.

La compagnie avait déjà annoncé 6000 suppressions de postes et immobilisé une centaine d’avions pour une période pouvant aller jusqu’à un an dans le cadre d’une opération de réduction drastique de ses coûts de 10 milliards de dollars américains.

Le directeur général de Qantas Domestic Andrew David a affirmé que cette nouvelle mesure permettrait d’économiser 72 millions de dollars par an.

« À l’heure actuelle, nous opérons 20 % des vols intérieurs que nous opérions avant l’épidémie et les vols internationaux devraient mettre des années à s’en remettre », a-t-il dit.

« Nous savons que les restrictions sur les voyages finiront par être levées, mais le marché sera très différent. »

Qantas a annoncé jeudi une chute de 82 % de son chiffre d’affaires entre avril et juin en raison de la pandémie de coronavirus et une perte annuelle de 1,9 milliard de dollars.

Sa principale concurrente en Australie, Virgin Australia, a annoncé dès avril qu’elle se mettait volontairement en cessation de paiements.

Virgin Australia a par ailleurs annoncé début août qu’elle allait fermer l’une de ses filiales à bas coût, Tigerair Australia, et supprimer 3000 postes. La société américaine de capital-investissement Bain Capital, qui a fait une offre de rachat de Virgin Australia, acceptée fin juin, doit être soumise à approbation en août.

L’Australie a enregistré environ 25 000 cas de coronavirus et 525 décès. Les voyages entre certains États australiens sont actuellement soumis à d’importantes restrictions.  

Le gouvernement a déclaré que l’Australie ne rouvrirait pas ses frontières aux touristes étrangers tant qu’un vaccin contre la COVID-19 n’aura pas été trouvé.