Qui dit Super Bowl dit publicités. Qu’elles soient drôles ou touchantes, elles ne laissent personne indifférent. En voici quelques-unes qui ont retenu notre attention.

Marie-Claude Lortie
Marie-Claude Lortie La Presse

LA BIZARRE (Amazon, Alexa et l’humour au 3e ou 4e degré) 

La pub pour l’assistant domestique virtuel Alexa d’Amazon a le mérite d’être totalement absurde et de sembler vouloir rire d’elle-même. Ainsi, elle se démarque du style traditionnel des pubs du Super Bowl. L’annonce met en vedette l’animatrice et humoriste Ellen DeGeneres et sa femme Portia de Rossi, qui s’apprêtent à quitter la maison et demandent à Alexa de diminuer le chauffage, tout en se demandant comment le monde faisait avant ce gadget. S’ensuit une série de situations mises en scène dans le passé : une bonne à qui on demande de baisser le chauffage, justement, lance une bûche en flammes par la fenêtre, ou encore un jeune vendeur de journaux à qui on demande quelles sont les nouvelles du jour – une autre question qu’on peut poser à Alexa – répond que peu importe, ce ne sont que de fausses nouvelles. On est ici dans le troisième degré d’humour. Sympathique. Même si ce que la pub semble dire, c’est qu’Alexa n’est pas si essentiel.

LA TOUCHANTE (un hommage à Katie Sowers)

On l’a dit et redit, ce Super Bowl a un caractère historique : c’est la première fois qu’une équipe entraînée notamment par une femme y participe. Cette femme, c’est Katie Sowers, et Microsoft, commanditaire officiel de la NFL, lui a rendu hommage dans une publicité émouvante. En gros, la pub reprend le parcours de la jeune femme, qui entraîne les 49ers à l’offensive. On montre des photos d’elle quand elle était enfant, pendant qu’elle faisait son chemin pour atteindre son rêve. On y explique que l’important pour que le monde change, c’est qu’une seule personne, la première, comme Sowers, ouvre la porte au changement dans son domaine. Difficile de ne pas être ému.

LA SURPRENANTE (Olay, les femmes et l’espace)

La preuve que le monde a changé : après la bière, les chips, les voitures, les services financiers, les boissons gazeuses, les ordinateurs, voici que les annonceurs diffusent maintenant des pubs de crème antirides pendant le Super Bowl. Disons que l’eau a pas mal coulé sous les ponts depuis les premières annonces de la série des « Whassup » de Budweiser où on célébrait essentiellement des gars qui n’avaient même pas besoin de prononcer des mots intelligibles pour partager leur envie de boire de la bière ensemble. La pub d’Olay met notamment en vedette la comédienne féministe Busy Philipps ainsi que la vraie astronaute Nicole Stott, pour mettre en scène un moment de science-fiction un peu bonbon où des femmes vont voir dans l’espace s’il y a de l’espace. Le but de la pub : amasser un demi-million pour Girls Who Code, un organisme qui encourage les jeunes filles à étudier l’informatique, la technologie et les sciences. 

L’ÉCOLO (SodaStream trouve de l’eau sur Mars)

J’étais sûre que les publicités du Super Bowl parleraient toutes des questions environnementales. Ce ne fut pas le cas. Mais certaines pubs ont quand même abordé le sujet, comme celle de SodaStream, une marque de machines qui permettent de gazéifier l’eau courante. L’annonce met en scène des astronautes qui découvrent de l’eau sur Mars et la rapportent sur Terre. Je ne vous livrerai pas le punch de la blague finale et de ce qui arrive avec l’eau. Mais le message de la pub est essentiellement que SodaStream permet d’éviter d’acheter de l’eau gazeuse dans des bouteilles jetables. En gros, grâce à la marque, on n’aura pas besoin de chercher de l’eau sur d’autres planètes, nous dit la pub. Les croyez-vous ? Fait intéressant, c’est la première fois que revient cette marque à la finale de football depuis 2014, où elle s’était fait refuser la diffusion de ses pubs car elles visaient trop directement ses concurrents, Pepsi et Coca-Cola. Or depuis, SodaStream a été achetée par Pepsi.