Quartz Co, un fabricant québécois de manteaux d’hiver haut de gamme, a décidé de miser à fond sur le label Canada et la vie nordique pour conquérir le marché international. Une stratégie qui est payante et qui a même forcé l’entreprise à acquérir une nouvelle usine afin de pouvoir doubler sa capacité de production pour répondre à la demande.

Jean-Philippe Décarie Jean-Philippe Décarie
La Presse

Les produits « made in Canada » cartonnent à l’étranger, nous a appris la semaine dernière une enquête réalisée par la firme PwC Canada auprès de 3500 consommateurs de sept pays clés – Australie, France, Allemagne, Italie, Japon, Mexique et Royaume-Uni.

Selon la firme de services-conseils, les marques canadiennes sont un gage de qualité pour les consommateurs de ces pays, alors que 96 % des répondants affirment avoir une bonne opinion du Canada.

Alors que les États-Unis accaparent toujours 71,5 % des exportations canadiennes de biens et que tous les experts insistent sur l’urgence pour nos entreprises de diversifier les débouchés pour leurs produits, cette enquête de PwC Canada confirme la pertinence d’entreprendre la conquête de nouveaux marchés.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Jean-Philippe Robert, président de Quartz Co

C’est cette volonté de l’international qui a motivé la démarche de trois frères, Jean-Philippe, François-Xavier et Guillaume Robert, tous trois ingénieurs, qui ont fait l’acquisition, en 2015, de Quartz Co, un fabricant de manteaux d’hiver haut de gamme de Saint-Hyacinthe.

On avait une bonne expérience du monde du vêtement. Durant nos années d’études à Polytechnique, on a exploité une entreprise sur la rue Chabanel qui fabriquait des vêtements promotionnels.

Jean-Philippe Robert, président de Quartz Co

« On a chacun entrepris une carrière différente, mais notre volonté, c’était de fabriquer des manteaux au Canada pour les exporter à travers le monde. Lorsque le propriétaire de Quartz a mis son entreprise en vente, on a sauté sur l’occasion », poursuit M. Robert.

Quartz a commencé ses activités en 1997 et faisait fabriquer ses manteaux d’hiver par des sous-traitants. Au moment de la vente, en février 2015, Quartz exportait 10 % de sa production à l’étranger dans quatre pays.

Quatre ans plus tard, Quartz Co a triplé ses ventes et exporte aujourd’hui 45 % de sa production dans une vingtaine de pays, les plus importants étant l’Allemagne, la France, la Norvège, le Danemark (Groenland) et le Japon.

En France, les manteaux Quartz Co sont notamment vendus dans le grand magasin Le Bon Marché, alors qu’on les retrouve au Québec dans les magasins Altitude Sport, Simons, La Cordée, Sail et Sportium.

La fascination nordique

Les frères Robert peuvent témoigner de la justesse des résultats de l’enquête de PwC Canada sur la réputation enviable dont le « made in Canada » jouit partout ailleurs dans le monde.

« On a conservé les caractéristiques des manteaux Quartz – qualité, chaleur et confort –, mais on a ajouté une composante plus urbaine et on a développé 35 modèles différents.

« Tout notre marketing pour nos ventes à l’international est axé sur le Canada et la vie nordique. Notre slogan est d’ailleurs “Fait au Canada, conçu pour la vie nordique”. Des caractéristiques qui exercent une véritable fascination pour les consommateurs partout dans le monde », insiste Jean-Philippe Robert.

Les manteaux Quartz se vendent de 750 $ à 1000 $ et se retrouvent donc dans la même gamme de produits que Canada Goose, la célèbre marque canadienne qui exploite deux usines au Québec, à Boisbriand et dans la rue Chabanel à Montréal.

On est dans le même marché que Canada Goose, mais on offre des manteaux qui sont plus différenciés, qui sont moins uniques et qui font moins uniforme.

Jean-Philippe Robert

Pour faire face à la bonne réception qu’obtiennent les manteaux de Quartz Co, l’entreprise vient de réaliser l’acquisition de Confection Stroma, un atelier de fabrication de manteaux établi à Montréal depuis 50 ans.

« On a racheté en début d’année Confection Bécotte de Victoriaville, qui était notre principal sous-traitant. Là, on vient d’acheter une force de production de 55 personnes expérimentées et compétentes à Montréal.

« On va doubler cette année notre capacité de production grâce à l’atelier de la rue Beaubien et on a l’espace et la main-d’œuvre disponibles pour poursuivre notre expansion », anticipe Jean-Philippe Robert.

Parallèlement à cette expansion, Quartz Co intègre les nouvelles technologies dans les moyens de production de ses deux usines. Les trois frères ingénieurs ont déjà automatisé le système de coupe des tissus, les machines à duvet et ils ont numérisé les processus de fabrication.

« On va toujours continuer de fabriquer nos manteaux au Canada. Ça fait partie de notre ADN, de notre différenciation. C’est un gage de qualité pour les consommateurs étrangers. On leur montre des photos de paysages nordiques et ils comprennent que nos manteaux sont conçus pour la vie nordique », résume simplement Jean-Philippe Robert.