Une partie des terrains de la brasserie Molson Coors, qui seront acquis par un consortium privé pour en faire un ensemble résidentiel, seront cédés à la Ville de Montréal, qui y prévoit l’aménagement d’un parc, d’une promenade fluviale, et éventuellement d’une école et d’un centre communautaire.

Isabelle Ducas Isabelle Ducas
La Presse

Le consortium, formé du Groupe Sélection et du Groupe Montoni, était en discussion avec Molson Coors depuis plusieurs mois pour l’achat de ces vastes terrains, stratégiquement situés près du centre-ville. Ils seront vacants à la suite du déménagement à Longueuil de l’usine Molson Coors.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, s’est réjouie de cette « entente historique », qui permet de conserver des terrains pour un parc et une école, avant que le développement immobilier ne commence, ce qui n’a pas été fait dans le cas du quartier Griffintown et pour les anciens terrains de l’Hôpital de Montréal pour enfants, a-t-elle rappelé, ce matin lors de la rencontre du comité exécutif.

Le site de 108 000 mètres carrés comportera 4000 à 5000 logements, dont une partie de logements sociaux, selon les prévisions des promoteurs.

Un parc central de plus de 13 000 mètres carrés et une promenade fluviale de 0,5 km seront aménagés par la Ville, sur les terrains cédés par le consortium.

« La promenade linéaire sur le bord du fleuve est une demande historique des résidants du Centre-Sud », a mentionné Valérie Plante.

La Ville paiera aussi 6 millions pour un terrain de 4850 mètres carrés, où une école et un centre communautaire seront éventuellement construits. Ce montant inclut « la décontamination, la réhabilitation et la desserte en infrastructures », selon les documents municipaux.

En échange de la cession des terrains, l’administration Plante s’engage à ne pas exercer son droit de préemption qui, en vertu de la nouvelle réglementation, lui aurait permis d’acheter l’ensemble des terrains au même prix que les promoteurs privés.

Les terrains seront cédés à la Ville en 2027, après le démantèlement des installations industrielles, et le développement du site se fera jusqu’en 2035.