Les voyageurs sont de plus en plus nombreux à fouler le sol de l’aéroport Montréal-Trudeau. Devant la croissance affichée au cours des dernières années, on s’attend pour 2019 à un achalandage de plus de 20 millions de passagers, un record.

Nathaëlle Morissette Nathaëlle Morissette
La Presse

C’est du moins ce qu’a affirmé Philippe Rainville, président directeur général d’Aéroports de Montréal (ADM), au cours de l’assemblée annuelle d’ADM qui s’est tenue hier. Au quotidien, M. Rainville prévoit donc un trafic de 55 000 personnes qui atterrissent ou décollent de Montréal-Trudeau. Rappelons que l’an dernier, 19 millions de passagers sont passés par l’aéroport de la métropole.

Fort de ces chiffres, le grand patron s’attend ainsi à un nombre grandissant de touristes à Montréal au cours des prochaines années. Il a notamment rappelé l’ajout de trois nouvelles routes : São Paulo (Air Canada), Vienne (Austrian Airlines) et La Nouvelle-Orléans (Air Transat). Et d’autres liaisons devraient s’ajouter d’ici la fin de l’année.

« Nos deux pôles de développement, c’est définitivement l’Asie et l’Amérique du Sud. Nos priorités sont là. » — Philippe Rainville

Le PDG d’ADM n’a toutefois pas nommé précisément les futures destinations.

Bien qu’il souhaite attirer un plus grand nombre de voyageurs, le président directeur général d’ADM n’a pas voulu s’avancer sur le projet de nouveau terminal dont il avait déjà fait mention. « Avant que l’on bâtisse un nouveau terminal, appelons ça le prolongement de la jetée internationale, il va falloir qu’on soit serrés et qu’on ait une demande, un consensus de nous tous et des transporteurs. Mais avec les croissances qu’on a, on verra quand ça va se jouer. »

Selon les chiffres révélés, le nombre de voyageurs ayant foulé le sol de l’aéroport Montréal-Trudeau est en hausse pour l’année en cours. Pour le premier trimestre, on y a enregistré 4,7 millions de passagers, une augmentation de 6,5 % par rapport à l’an dernier.

Vente de Transat

Interrogé sur la possible vente de Transat A.T., M. Rainville a dit simplement qu’il souhaitait conserver le plus de liaisons possible à partir de Montréal. « On n’a pas beaucoup d’incidence sur ce qui va se faire de ce côté-là. Pour nous, ce qui importe, c’est qu’on maintienne nos destinations. »

Selon plusieurs observateurs, la vente de l’entreprise pourrait avoir un impact sur les destinations offertes.

Par ailleurs, ADM a profité de son assemblée annuelle pour annoncer le lancement de WebTrak, un système de données permettant d’observer les trajectoires des avions, leur altitude et le niveau de bruit. Un outil qui pourrait intéresser les citoyens vivant dans les quartiers en périphérie de l’aéroport.