• Accueil > 
  • Affaires 
  • > BNP: Hollande et Obama discuteront des sanctions 
Source ID:; App Source:

BNP: Hollande et Obama discuteront des sanctions

Les autorités françaises se mobilisent pour préserver BNP... (PHOTO CHARLES PLATIAU, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Les autorités françaises se mobilisent pour préserver BNP Paribas d'une trop lourde sanction aux États-Unis, craignant pour la banque elle-même, mais aussi pour l'économie dans son ensemble, alors que le chiffre de 10 milliards de dollars a été avancé dans la presse.

PHOTO CHARLES PLATIAU, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Le lourd montant évoqué de la sanction de la justice américaine à l'égard de la banque française BNP Paribas sera «obligatoirement» à l'ordre du jour du dîner entre Barack Obama et François Hollande jeudi soir, a-t-on appris mardi de source diplomatique française.

«Le dossier sera évoqué (pendant le dîner) avec Obama», présent à Paris à la veille des commémorations du 70e anniversaire du Débarquement en Normandie, a indiqué cette source.

Cette question «figurera obligatoirement à l'ordre du jour et ils en discuteront», a indiqué cette source.

«Sur ce sujet, le G7 permettra peut-être des discussions avec d'autres personnes de l'Union européenne qui permettront peut-être d'avoir une vision là-dessus», a-t-elle poursuivi.

Les autorités françaises se mobilisent pour préserver BNP Paribas d'une trop lourde sanction aux États-Unis, craignant pour la banque elle-même, mais aussi pour l'économie dans son ensemble, alors que le chiffre de 10 milliards de dollars a été avancé dans la presse.

Le chef de la diplomatie, Laurent Fabius, a estimé mardi que les chiffres avancés contre BNP Paribas, accusée d'avoir contourné un embargo américain contre Cuba, l'Iran et le Soudan, n'étaient «pas raisonnables».

«S'il y a eu une faute, il est normal qu'il y ait une sanction mais la sanction doit être proportionnée et raisonnable. Ces chiffres-là ne sont pas raisonnables», a dit M. Fabius sur France 2, interrogé sur une pénalité éventuelle de 10 milliards de dollars, avancée dans la presse américaine.

La France défendra la banque française, a assuré le ministre, estimant que «cela pose un très, très gros problème».




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer