L'importante réorganisation que Desjardins a annoncée la semaine dernière fait partie d'un vaste plan qui verra son aboutissement au congrès de novembre prochain et dans les trimestres suivants.

Réjean Bourdeau
Réjean Bourdeau LA PRESSE

«La révision de notre structure organisationnelle est une des étapes, précise sa présidente, Monique Leroux, en entrevue à ses bureaux du Complexe Desjardins. Mais beaucoup d'autres initiatives seront mises en place cette année et l'an prochain.»

Pour grandir tout en restant fidèle à ses valeurs, la coopérative financière s'est lancée, l'automne dernier, dans un programme visant à répondre aux défis actuels du monde financier.

Son objectif: travailler moins en silo et unir davantage les forces du mouvement par secteur d'affaires pour offrir des services plus intégrés.

Grâce à ce décloisonnement, l'institution souhaite regrouper son expertise afin d'augmenter sa productivité et ses parts de marché.

Ses activités sont maintenant divisées en quatre secteurs: les particuliers, les entreprises, les assurances générales et la gestion du patrimoine (valeurs mobilières, assurances de personnes, fonds communs de placements).

«Il y a encore beaucoup d'espace de croissance», dit la présidente.

Même si les caisses sont bien implantées dans leurs milieux, elle estime qu'il y a encore de la place pour grandir dans les grandes régions de Montréal et de Québec. Les Cantons-de-l'Est sont également dans sa ligne de mire.

Mme Leroux veut aussi miser davantage sur l'expérience de Desjardins dans le financement agricole pour exploiter le marché ontarien.

Avec les CFE (Centres financiers aux entreprises), la dirigeante souhaite mettre au point une approche plus concertée, notamment pour les entreprises de taille moyenne.

Du côté de la gestion du patrimoine, elle souhaite ajouter des volets et des services intégrés pour les valeurs mobilières, les fonds communs et les assurances de personnes.

Pour arriver à des solutions concrètes, l'ensemble du Mouvement Desjardins participe à cinq grands chantiers. «On met les caisses au coeur de la réflexion et des décisions, explique Monique Leroux. C'est la force motrice du Mouvement Desjardins. La majorité des participants aux équipes de réflexion pour chacun des chantiers sont des gens de caisse.»

On mise sur des équipes hétérogènes (expérience et âge différents, etc.) pour arriver à des propositions.

Le premier chantier porte sur la croissance et le développement stratégique du mouvement. Pas moins de 10 thèmes sont abordés. Comment Desjardins peut-il mieux se positionner du côté de l'épargne, des entreprises, des jeunes, des communautés culturelles, du Grand Montréal, des régions, du reste du Canada, etc.?

«Prenons l'exemple de nos parts de marché à l'échelle canadienne, avance Mme Leroux. On a déjà des compagnies d'assurances qui sont bien positionnées. Mais on pense qu'il y a des possibilités additionnelles. En plus, qu'est-ce qu'on fait avec les autres activités que nous avons? Avec nos caisses de l'Ontario, par exemple? Avec notre réseau de distribution virtuelle? Avec les services de cartes de crédit que nous avons avec Visa Desjardins?»

Les réponses à ces grandes questions seront présentées au congrès du mois de novembre.

Les quatre autres chantiers portent sur la concertation, la participation et la liaison avec le réseau; l'évolution du rôle de la fédération; l'optimisation de la performance de la fédération et des filiales; et la mobilisation du capital humain, la culture et les valeurs de Desjardins.

La réorganisation de la structure et le réaménagement des effectifs, présentés la semaine dernière, devraient se traduire par des économies annuelles de 150 millions au cours des prochaines années, selon Desjardins.

D'ici trois ans, 900 postes seront éliminés. «Avec 42 000 employés, on a environ 300 à 400 retraites normales par année, dit Mme Leroux. En plus, le roulement du personnel est de 4 à 5% par année. On est donc capable de faire cette réduction de postes de façon respectueuse pour les personnes.»

À travers tous ces changements, la présidente a bien l'intention de rester fidèle à la mission et aux valeurs de la coopérative financière.

«Revenir à l'essentiel, ça n'empêche pas d'être moderne, dynamique, agile et de porter fièrement notre couleur verte!» lance-t-elle.

L'ENTREPRISE

Le Mouvement des caisses Desjardins est le plus grand groupe financier coopératif auCanada, avec un actif global de près de 160 milliards de dollars. Il regroupe un réseau de coopératives de services financiers les caisses et les credit unions de même qu'une vingtaine de filiales, notamment en assurances de personnes et de dommages, en valeurs mobilières et en capital de risque. Il emploie 42 000 personnes et compte 5,8millions de membres et de clients.

DÉFIS

Unir les forces pour réaliser une meilleure synergie, améliorer la productivité et assurer la croissance tout en restant fidèle à ses valeurs.

STRATÉGIES

Mettre les caisses au coeur de la réflexion et des décisions et mener à bien les cinq chantiers (croissance, concertation, évolution, optimisation, mobilisation).