(Longueuil) L’Agence spatiale canadienne (ASC) annonce que quatre jours après que le télescope James Webb ait atteint sa destination, en orbite autour du Soleil à quelque 1,5 million de kilomètres de la Terre, ses quatre instruments, incluant l’imageur et spectrographe ainsi que son détecteur de guidage de précision, seront mis en service vendredi.

Publié le 28 janvier
La Presse Canadienne

Le fonctionnement de chacun d’eux sera vérifié au cours des prochains jours, alors que le télescope se trouve quatre fois plus loin de la Terre que la Lune.

Lors des prochaines semaines, au moment d’effectuer le réglage ultraprécis de l’élément optique du télescope dans l’espace, le détecteur de guidage de précision sera essentiel pour aligner les 18 miroirs hexagonaux dorés du télescope Webb. Il servira aussi de navigateur cosmique ; il pointera sur des étoiles brillantes pour maintenir l’alignement du télescope.

L’Agence affirme que le détecteur de guidage de précision est l’instrument du genre le plus perfectionné jamais embarqué sur un télescope.

Quant à l’imageur et spectrographe, il servira à observer divers objets astronomiques, comme des exoplanètes ainsi que des planètes vagabondes et des naines brunes.

Le télescope James Webb devrait permettre aux astronomes de remonter plus loin dans le temps que jamais auparavant, jusqu’à la formation des premières étoiles et galaxies il y a 13,7 milliards d’années. C’est à peine 100 millions d’années après le Big Bang, lorsque l’univers a été créé.

En plus de faire des observations stellaires, James Webb analysera le monde extraterrestre, à la recherche d’éventuels signes de vie.

Le télescope s’est envolé au jour de Noël de la Guyane française sur la côte nord-est de l’Amérique du Sud, transporté par une fusée européenne Ariane. Il est le fruit d’une collaboration internationale entre l’Agence spatiale canadienne, la NASA et l’Agence spatiale européenne.