Quelques milligrammes de toute l’actualité scientifique de la semaine

Mathieu Perreault
Mathieu Perreault La Presse

La vie radioactive sur Mars

Des microbes pourraient subsister sous la surface de la planète rouge grâce à la radioactivité, selon des biologistes de la NASA. Publiée début août dans la revue Astrobiology, leur étude calcule que la désintégration de l’eau en hydrogène et en oxygène par des éléments radioactifs pourrait générer des millions de microbes par kilogramme de roche, s’il existe des poches d’eau liquide dans le sous-sol martien. Ils basent leurs calculs sur des microbes vivant de cette manière sur Terre, à des kilomètres sous la surface.

Quiz 

Pourquoi de 20 % à 30 % des colibris jacobins femelles ont-ils un plumage semblable à celui du mâle ?

PHOTO WIKIMEDIA COMMONS

Le colibri jacobin mâle

Réponse : Pour pouvoir manger sans être importunés. Telle est la conclusion de biologistes de l’Université Cornell, qui ont observé sur 78 heures de vidéos de mangeoires que les femelles au plumage masculin mangent dix fois plus que leurs consœurs, parce qu’elles ne se font pas solliciter par les mâles. Les mâles de cette espèce sud-américaine arborent un bleu iridescent ainsi que des mèches blanches, alors que les femelles sont davantage dans les tons olive et gris. L’étude, publiée fin août dans la revue Current Biology, conclut que les femelles travesties doivent avoir des caractéristiques reproductives qui rendent plus profitable le fait de manger plutôt que d’être davantage courtisées.

Le chiffre

500 000 $ US

PHOTO FOURNIE PAR LA NASA

Esquisse du duo robotique minier de Redwire Space

C’est la somme remise par la NASA à 13 entreprises et universités pour des projets d’exploitation des minerais et de glace de la Lune. Les résultats du Break the Ice Lunar Challenge, annoncés à la mi-août, ont vu une entreprise de Floride, Redwire Space, remporter le premier prix avec un duo de robot minier et de cargo léger à huit roues. Redwire Space est un consortium de plusieurs firmes niches, dont l’une a conçu et testé sur la Station spatiale internationale un panneau solaire flexible pouvant être transporté enroulé.

Collision sino-russe en orbite

IMAGE CCTV

Esquisse du satellite chinois Yunhai 1-02

Un astrophysicien de Harvard a déterminé la cause de la désintégration d’un satellite météorologique chinois en septembre 2019. Il s’agit d’une collision avec un débris de 10 cm provenant d’une fusée russe ayant mis un satellite militaire en orbite en 1996. Cette découverte, annoncée sur Twitter par le chercheur américain, montre la gravité du problème des débris spatiaux et la difficulté à prédire le risque de collision en orbite. L’hypothèse d’une attaque américaine avait été avancée pour expliquer la fin du satellite chinois Yunhai 1-02, lancé en septembre 2019.

SpaceX affectée par la COVID-19

PHOTO TIRÉE DU SITE DE SPACEX

Moteurs de la future fusée Starship de SpaceX

La forte demande en oxygène liquide à cause de la pandémie retardera certains des nombreux lancements de fusées de SpaceX, a affirmé sa présidente Gwynne Shotwell à un congrès à la fin août. Au 36e Space Symposium à Colorado Springs, Mme Shotwell a toutefois indiqué que les lancements de satellites Starlink, suspendus depuis juin, devraient reprendre d’ici trois semaines. Cette suspension avait officiellement été attribuée à l’installation de transmetteurs laser sur ces satellites de télécommunications.