Dans un événement qui marque à la fois le retour des États-Unis dans les vols spatiaux habités et la consécration du privé dans la course à l’espace, l’entreprise SpaceX fera décoller mercredi deux astronautes vers la Station spatiale internationale à bord d’une fusée Falcon 9. Zoom sur un décollage qui ouvre une nouvelle ère de la conquête spatiale.

Philippe Mercure Philippe Mercure
La Presse

Un vol qui « marque l’histoire »

« Ça va marquer l’histoire. On entre réellement dans l’ère commerciale de l’exploration spatiale », commente l’astrophysicien Robert Lamontagne, de l’Université de Montréal, à propos du vol de mercredi. En plus de souligner le fait que le transport des astronautes passe des grandes agences spatiales nationales aux entreprises privées, le scientifique rappelle qu’aucun vol habité n’a décollé du sol américain depuis la fin de l’ère des navettes spatiales, en 2011. « Je pense que ça va être bon pour la fierté nationale des Américains. C’était un peu humiliant pour eux de dépendre des Russes », dit le professeur Lamontagne. Il souligne à quel point SpaceX et son coloré patron, Elon Musk, ont effectué une « prouesse » en développant une technologie spatiale complète en une quinzaine d’années, coiffant le concurrent Boeing au fil d’arrivée.

Fusée Falcon 9 de SpaceX

IMAGE FOURNIE PAR SPACEX

Une illustration de la fusée Falcon 9

Hauteur : 70 m Diamètre : 3,7 m Poids : 549 054 kg

Premier étage

Le premier étage de la fusée comporte neuf moteurs Merlin d’une poussée de 845 kilonewtons chacun. Des réservoirs faits d’un alliage d’aluminium et de lithium contiennent le kérosène et l’oxygène liquide qui servent à propulser la fusée. Cet étage sert à amener le deuxième étage et les astronautes en orbite, et se détache une fois que la fusée a vaincu l’attraction terrestre.

Pattes d’atterrissage

C’est sans doute la plus grande innovation de SpaceX. Le premier étage est équipé de quatre pattes faites de fibre de carbone et d’aluminium qui lui permettent d’atterrir et d’être réutilisé, ce qui réduit grandement le coût des lancements.

Jupe de liaison inter-étages

Cette structure de composite sert à lier le premier et le deuxième étage. Elle contient des pousseurs pneumatiques qui permettent aux deux étages de se séparer pendant le vol.

Deuxième étage

Le deuxième étage de la fusée contient notamment les équipements électroniques et informatiques. Il est muni d’un seul moteur Merlin de 981 kilonewtons. Cet étage n’est pas récupéré et ira s’abîmer dans l’atmosphère.

Capsule Dragon

La capsule Dragon a d’abord été conçue pour acheminer du matériel à la Station spatiale internationale et y a effectué une vingtaine de voyages. SpaceX l’a modifiée pour en faire un vaisseau habitable baptisé Dragon Crew.

Tronc

Volume : 37 m3

Le tronc du vaisseau peut transporter des marchandises qui n’exigent pas de pressurisation. La moitié du tronc est couverte de panneaux solaires qui fournissent l’énergie nécessaire au vaisseau Dragon pendant le vol et lorsqu’il est amarré à la Station spatiale internationale.

Vaisseau Dragon Crew

IMAGE FOURNIE PAR SPACEX

Illustration du vaisseau Dragon Crew

Hauteur : 8,1 m Diamètre : 4 m
Volume : 9,3 m 3

La capsule pressurisée peut transporter jusqu’à sept astronautes. Le nez conique abrite le système qui permet à la capsule de s’amarrer à la Station spatiale internationale. La capsule possède ses propres moteurs, appelés Draco, qui sont au nombre de 16 et servent à orienter la capsule. On y a aussi intégré un système de sécurité qui permet d’éloigner la capsule en cas de problème avec la fusée et qui compte lui-même huit moteurs appelés « SuperDraco ».

Les passagers

PHOTO FOURNIE PAR SPACEX

Bob Behnken et Doug Hurley

Bob Behnken, 49 ans, et Doug Hurley, 53 ans, sont des astronautes américains qui en seront tous deux à leur quatrième vol spatial mercredi.

Comparaison entre les fusées

Même s’il s’agira mercredi de leur premier vol habité, les fusées Falcon 9 de SpaceX ont déjà effectué 83 décollages, notamment pour ravitailler la Station spatiale internationale. Coût pour envoyer un astronaute dans l’espace : 58 millions US.

Avec sa fusée Atlas V et sa capsule Starliner, Boeing a livré une course à SpaceX pour devenir la première entreprise privée à envoyer des êtres humains vers la Station spatiale internationale. En décembre dernier, un vol inhabité a toutefois connu des ratés et n’a jamais atteint la Station. Coût pour envoyer un astronaute dans l’espace : 90 millions US.

Le lanceur russe Soyouz 2 et sa bonne vieille capsule Soyouz assurent le transport des astronautes du monde entier entre la Terre et la Station spatiale internationale depuis 2011. C’est à bord d’une telle capsule qu’a notamment pris place l’astronaute québécois David Saint-Jacques en 2018. Coût pour envoyer un astronaute dans l’espace : 86 millions US.

Sources : SpaceX, Graphic News