Des astrophysiciens européens ont identifié la plus petite planète naine du système solaire. Hygée détrône ainsi Cérès à ce titre.

Mathieu Perreault Mathieu Perreault
La Presse


 
Comme Cérès, Hygée est située dans la ceinture d’astéroïdes située entre Mars et Jupiter. Découverte en 1849 par un astronome napolitain, Annibale de Gasparis, Hygée était considérée comme étant un astéroïde. Hygée était une déesse grecque de la santé.


La nouvelle analyse, publiée fin octobre dans la revue Nature Astronomy, montre qu’Hygée est sphérique et donc peut être qualifiée de planète naine. Son diamètre est d’à peine 430 km, soit deux fois moins que Cérès. Hygée est le 4e objet le plus grand de la ceinture d’astéroïdes.


 
La découverte a été faite avec le Très grand télescope (VLT) au Chili. Auparavant, il avait été impossible d’observer Hygée avec assez de résolution pour déterminer sa forme et examiner sa surface.


 
Pour être qualifié de « planète naine », un objet céleste doit avoir quatre caractéristiques : ne pas être une lune d’une planète, être en orbite autour du Soleil, être sphérique (donc avoir assez de masse pour avoir une gravité), et ne pas avoir éliminé les autres astéroïdes sur la même orbite.


Il y a une dizaine de planètes naines, la plus connue étant Pluton, qui a perdu en 2006 son statut de neuvième planète, parce qu’on avait découvert plusieurs astéroïdes dans la même orbite. Ces astéroïdes forment maintenant la ceinture de Kuiper. La planète naine la plus grosse n’est d’ailleurs pas Pluton mais Eris, qui est située 50 % plus loin du Soleil.


Les observations ont aussi montré qu’Hygée n’a pas autant de cratères que prévu. « Aucun des deux cratères observés n’a été causé par un impact d’un astéroïde de la même famille qu’Hygée », explique par voie de communiqué l’un des coauteurs de l’étude de Nature Astronomy, Miroslav Brož de l’Université Charles à Prague. Cette « famille » d’astéroïdes, qui en compte 7000, ont la même origine. D’autres analyses devront être faites pour expliquer le mystère des cratères manquants d’Hygée.