L’occupation par les Vikings de L’Anse aux Meadows, à Terre-Neuve, a duré 280 ans de plus qu’on ne le croyait, soit presque jusqu’en 1300, selon une nouvelle étude à laquelle a participé une Québécoise. Il pourrait s’agir de retours brefs de Vikings dans des expéditions de commerce.

Mathieu Perreault Mathieu Perreault
La Presse

Deux siècles d’occupation plutôt qu’un demi-siècle

Le site de la colonie viking Vinland de Terre-Neuve, à L’Anse aux Meadows, a été mis au jour dans les années 60. « Les datations suggéraient une occupation norroise […] quelque part entre 986 et 1022 », explique Veronique Forbes, archéologue à l’Université Memorial, coauteure de l’étude publiée à la mi-juillet dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS). « Notre réévaluation de ces datations soulève la possibilité que ces Norrois soient retournés à L’Anse aux Meadows pour des voyages de courte durée après le XIe siècle. Nous avons aussi fait une nouvelle tranchée à 30 mètres du site, où nous avons découvert une nouvelle couche datant du milieu du XIIe jusqu’à la fin du XIIIe siècle. Pour l’instant, nous ne savons pas quelle culture est à l’origine de cette accumulation. Il s’agit probablement d’autochtones ayant occupé le site après le départ des Norrois, mais nous avons besoin de plus de données pour établir ce point. »

Un hasard

L’étude des PNAS découle de fouilles à l’été 2018. « Notre objectif était de recueillir un échantillon de tourbe pour une étude paléoenvironnementale, de reconstituer les changements à travers le temps et de documenter l’impact de l’activité humaine, dit Mme Forbes. Nous sommes tombés sur une couche contenant du matériel archéologique, de 35 à 40 cm sous la tourbe naturelle. Nous sommes de retour cet été pour réexaminer cette nouvelle couche et collecter l’échantillon de tourbière. Nous allons faire quatre autres sondages pour vérifier l’étendue de la nouvelle couche. Nous utilisons aussi des méthodes de prospection géophysique pour détecter des anomalies qui pourront nous guider dans le placement de futurs sondages archéologiques. »

Terre-Neuve avant Cabot

Le peuplement de Terre-Neuve a commencé voilà 5000 ans. « Les premiers habitants sont appelés par les archéologues “Indiens de tradition archaïque maritime”, dit Mme Forbes. L’île a aussi été habitée par d’autres groupes, notamment des pré-Inuits, des Groswater et des Dorset, ainsi que des proto-Innus et des Béothuks, derniers occupants autochtones de Terre-Neuve. Chacun de ces groupes est représenté à L’Anse aux Meadows par des restes de camps saisonniers, mais pour l’instant, les données archéologiques ne permettent pas de dire si les pré-Inuits ou les proto-Innus ont interagi directement avec les Norrois. » Terre-Neuve a été redécouverte par le Vénitien Jean Cabot au service de l’Angleterre en 1497.

Insectes, tombeaux et Vikings

Veronique Forbes est née à Matane et a grandi à Baie-Comeau. Durant ses études d’archéologie, elle s’est spécialisée dans l’archéo-entomologie, l’étude des insectes fossiles, pour mieux comprendre les sites historiques. Elle a ensuite étudié en Islande puis en Alaska, sur un site autochtone du XVIe siècle, avant l’arrivée des Russes, et enfin en France, où elle a travaillé sur l’archéo-entomologie funéraire, qui utilise les insectes fossiles pour comprendre les sépultures. Depuis 2018, elle est professeure à l’Université Memorial. « Je me sens énormément privilégiée d’avoir pu réaliser ce rêve et de pouvoir faire un travail si passionnant et gratifiant », dit Mme Forbes.

Les sagas

Deux sagas islandaises, celle d’Éric le Rouge et celle du Groenland, mentionnaient au XIIIe siècle l’existence d’une colonie viking à l’ouest du Groenland, Vinland. Un historien terre-neuvien, William Munn, a publié en 1914 un livre où il situait Vinland à l’Anse-aux-Meadows, selon l’Encyclopédie canadienne. Des archéologues norvégiens ont découvert les vestiges vikings à cet endroit précis en 1961. Selon Mme Forbes, ils ne se seraient par contre pas basés sur le livre de Munn mais sur les sagas et les témoignages locaux.

En chiffres

60 à 90  personnes

Taille probable de la colonie viking à Terre-Neuve

400 à 500  personnes

Taille de la colonie viking au Groenland au XIe siècle

2000 à 3000  personnes

Taille maximale de la colonie viking au Groenland, au XIIIe siècle

Source : Parcs Canada