(Île Miscou) La carcasse de baleine noire de l’Atlantique Nord trouvée morte dans le golfe du Saint-Laurent plus tôt cette semaine sera bientôt examinée sur les rives de l’île Miscou, au Nouveau-Brunswick.

La Presse canadienne

Les experts vont tenter de déterminer la cause de la mort de l’animal, dont la carcasse a été découverte mardi lors d’un vol de surveillance dans le golfe.

La nécropsie de la baleine, un mâle âgé de neuf ans surnommé « Wolverine », pourrait commencer dès vendredi, a indiqué le ministère fédéral des Pêches dans un communiqué.

La carcasse de la baleine a été remorquée au Nouveau-Brunswick mercredi par un navire de la Garde côtière canadienne.

Le ministère dit travailler avec des experts des mammifères marins pour organiser et réaliser la nécropsie, mais il faudra peut-être des mois pour parvenir à une conclusion sur la cause de la mort du cétacé.

La baleine a été retrouvée dans un secteur fermé depuis le 17 mai à la pêche aux engins fixes sans surveillance, mais la date exacte, le lieu et la cause probable de la mort de l’animal ne sont pas connus.

La Marine Animal Response Society de la Nouvelle-Écosse planifiera et mènera la nécropsie, en collaboration avec des pathologistes vétérinaires de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard et de l’Université de Montréal.

Ces dernières années, la plupart des baleines noires trouvées mortes dans le golfe du Saint-Laurent avaient été heurtées par des navires ou s’étaient retrouvées prises dans des filets de pêche.

Aucune baleine noire n’est morte dans les eaux canadiennes l’an dernier, mais il y en avait eu 12 dans le golfe du Saint-Laurent en 2017.

On estime qu’il reste moins de 420 baleines noires de l’Atlantique Nord, l’un des plus grands mammifères marins du monde.