(Montréal) Santé Canada rapporte un deuxième cas de maladie pulmonaire grave liée au vapotage et, comme le premier, celui-ci a été signalé au Québec.

Pierre Saint-Arnaud
La Presse canadienne

Ces deux cas sont les seuls confirmés jusqu’ici, mais trois autres cas sont considérés comme probables, soit deux au Nouveau-Brunswick et un en Colombie-Britannique.

À la mi-septembre, un cas avait également été signalé à London, en Ontario, mais il a été retiré de la liste pour l’instant et remis dans la catégorie « sous enquête », l’annonce ayant été considérée comme prématurée par les autorités canadiennes de santé publique.

Santé Canada rappelle dans son communiqué que le vapotage comporte des risques et que ses effets à long terme sur la santé ne sont toujours pas connus.

De plus, la cause des maladies pulmonaires graves liées au vapotage demeure aussi nébuleuse et est encore à l’étude aux États-Unis et au Canada.

L’agence fédérale rappelle au passage que les produits de vapotage peuvent contenir des douzaines de produits chimiques et que la plupart des substances à vapoter sont aromatisées et contiennent de la nicotine. Mais elle avertit de ne pas utiliser de produits de vapotage obtenus illégalement, y compris ceux contenant du cannabis, puisque ces produits ne sont soumis à aucun contrôle ou surveillance.

Enfin, Santé Canada conseille aux personnes qui vapotent ou qui ont déjà vapoté de consulter un professionnel de la santé en cas de toux ou d’essoufflement, de douleurs thoraciques ou de malaise généralisé et inexpliqué.