(Washington) Le géant pharmaceutique français Sanofi a annoncé vendredi avoir procédé au rappel aux États-Unis et au Canada d’un médicament en vente libre, le Zantac, utilisé contre les brûlures d’estomac.

Agence France-Presse

« Par mesure de précaution, Sanofi procédera au retrait volontaire du Zantac », a annoncé le groupe français dans un communiqué.

« Ce retrait fait suite à une contamination possible par une impureté de nitrosamine appelée N-nitrosodiméthylamine (NDMA) », une substance classée comme cancérogène probable par l’Organisation mondiale de la Santé, précise cette même source.

C’est un rapport des autorités de santé canadienne et américaine le mois dernier qui a établi que « certains médicaments contenant de la ranitidine (un antihistaminique H2, NDLR), dont le Zantac, pourraient comporter de faibles concentrations de NDMA », détaille Sanofi, qui précise que « des évaluations sont en cours » et qu’elle « continuera de transmettre les résultats des analyses en cours aux autorités ».

Aux États-Unis, plusieurs grandes chaînes de pharmacie comme CVS et Walgreens ont retiré depuis plusieurs semaines le Zantac de leurs magasins.