Source ID:b89d96c79c353138a4e46fde7b47c84c; App Source:StoryBuilder

«Des centaines de patients floués» par un faux infirmier

La Presse s'est présentée au domicile de Kéven... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

La Presse s'est présentée au domicile de Kéven Poulin, à Sherbrooke, le 30 avril dernier. L'homme reconnu coupable d'avoir exercé illégalement la profession d'infirmier a refusé de répondre à nos questions.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Il a administré des médicaments à des dizaines de patients. Vacciné des centaines de personnes. Travaillé pendant plus de deux ans dans des hôpitaux, des CHSLD et des résidences privées pour aînés. Pourtant, Kéven Poulin n'a jamais été infirmier.

Il vient finalement d'être reconnu coupable en Cour du Québec de 125 des 127 chefs d'accusation qui pesaient sur lui, notamment pour avoir exercé illégalement la profession. Il devra payer 224 500 $ en amende. Un record pour l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ), la partie poursuivante dans cette affaire.

« Des centaines et des centaines de patients » à qui Kéven Poulin a donné des soins ont été « floués », en plus de collègues et de propriétaires de résidences pour aînés, a souligné dans sa décision rendue le 4 avril la juge Nathalie Duperron Roy. Une clientèle « vulnérable », qui a « fait confiance les yeux fermés à monsieur », a-t-elle ajouté.

Kéven Poulin a commis des gestes parfois « bénins », mais aussi des « très graves », selon la juge. « On parle d'administrer des médicaments puissants », a-t-elle dit. La preuve a notamment démontré qu'il a administré de la morphine. Il a « mis en péril la santé des gens » et « fait du tort à la profession en général », a conclu la magistrate.

La juge Duperron Roy a souligné que même si aucun cas d'abus sur les patients n'a été signalé, « ça n'atténue pas en rien les gestes commis ». Notant enfin que Kéven Poulin n'a pas d'antécédents, la juge Duperron Roy lui a imposé une amende de 224 500 $. « On parle de quelqu'un qui va avoir à porter ça sur ses épaules sur des décennies », a dit la juge.

De grandes ambitions

La fausse carrière de Kéven Poulin, 25 ans, a débuté en 2015. À l'époque, il lance la clinique privée de soins infirmiers du Campanile, à Québec. Dans un article publié à l'époque par le quotidien Le Soleil, Kéven Poulin dit vouloir ouvrir une clinique par année. « Je crois beaucoup à la privatisation du système de santé », disait-il.

En 2015, Kéven Poulin lance la clinique privée de... (PHOTO ARCHIVES LE SOLEIL) - image 2.0

Agrandir

En 2015, Kéven Poulin lance la clinique privée de soins infirmiers du Campanile, à Québec.

PHOTO ARCHIVES LE SOLEIL

Lors de l'audition de sa cause devant le tribunal, qui s'est déroulée en mars et avril derniers à Québec, on a appris que le jeune homme avait commencé une formation en sciences infirmières au cégep de Beauce-Appalaches en 2015. Kéven Poulin avait alors obtenu un certificat d'immatriculation à l'OIIQ, un document permettant aux élèves de faire des stages. La syndique adjointe de l'OIIQ, Johanne Maître, a toutefois indiqué que Kéven Poulin n'a jamais terminé sa formation. Son certificat a expiré en juin 2015.

Dans des hôpitaux

Le 15 février 2016, Kéven Poulin contacte l'agence de placement Agence Pro-Soins, qui place des infirmières et des préposés aux bénéficiaires dans différents établissements du réseau de la santé. Kéven Poulin dit être infirmier et vouloir travailler occasionnellement afin de combler ses heures non travaillées à sa clinique privée.

Du 15 février 2016 au 12 avril 2016, il a travaillé comme infirmier au CHSLD Jardins du Haut Saint-Laurent, au CHSLD Vigi Saint-Augustin, à l'hôpital Saint-François d'Assise et à l'hôpital Saint-Sacrement, tous situés dans la grande région de Québec.

Le président de l'Agence Pro-Soins, Luc Bastien, a expliqué lors de l'audience que les candidats qui postulent dans son entreprise doivent fournir un numéro de permis de l'OIIQ, ce qu'a fait M. Poulin. Normalement, une vérification de ce permis doit être réalisée. Il ignore comment Kéven Poulin a pu être engagé, car la personne qui était responsable de la vérification a depuis quitté ses fonctions. « Ça fait partie des questions qui nous restent », a témoigné M. Bastien.

En entrevue à La Presse, M. Bastien mentionne que Kéven Poulin, un jeune homme « avec beaucoup de bagou », a travaillé sept semaines pour l'Agence. Encore aujourd'hui, M. Bastien se demande pourquoi Kéven Poulin n'a pas tout simplement complété sa formation d'infirmier.

Chef d'unité dans un CHSLD et formateur

Après avoir travaillé temporairement au CHSLD Jardins du Haut Saint-Laurent, Kéven Poulin postule au printemps 2016 à un poste d'infirmier « chef d'unité de vie » dans un autre établissement : le CHSLD Côté Jardins. Les deux établissements, qui ont la même direction, hébergent une clientèle en lourde perte d'autonomie.

Lors de son embauche, Kéven Poulin utilise encore un faux numéro de permis. « On était convaincus qu'il sortait de l'école, qu'il était diplômé et qu'il était membre en règle », a dit Stéphanie Teulery, directrice des soins infirmiers au CHSLD Côté Jardins, lors de l'audience.

Kéven Poulin a donné des formations en juin 2016 sur le « Plan thérapeutique infirmier » aux employés de l'établissement. Il a aussi été responsable de la campagne de vaccination antigrippale de 2017. Il a vacciné plusieurs des 281 résidants et 300 employés du CHSLD Côté Jardins.

La directrice du CHSLD Côté Jardins, Nathalie Côté, assure qu'à chaque embauche, l'établissement suit un protocole. Mme Côté a expliqué à La Presse que « tout laissait croire qu'il était infirmier ». « Comme les autres, on s'est fait avoir », a dit Mme Côté, qui assure que l'histoire de Kéven Poulin est la seule du genre survenue dans son établissement.

En juillet 2017, l'OIIQ a reçu une information selon laquelle Kéven Poulin ne serait pas infirmier et a lancé son enquête. Le 8 novembre, l'OIIQ avertit le CHSLD Côté Jardins que Kéven Poulin n'est pas infirmier. « Je vais m'en souvenir toute ma vie [...] J'étais estomaquée », a témoigné Mme Teulery.

Dès le lendemain, Mme Teulery convoque Kéven Poulin. Elle lui demande son numéro de permis. « Pris de court », il donne plusieurs numéros qui se révèlent tous faux. Mme Teulery lui dit que « dans le doute, elle ne peut pas le laisser continuer à opérer ». Kéven Poulin dit que le tout « n'a pas de sens ». Il retourne chez lui chercher ses documents. Une heure après son départ, Mme Teulery l'appelle : « Il n'y avait plus de service au numéro que j'ai composé. [...] Et je n'ai plus eu de nouvelles de lui. »

Directeur général d'une résidence

Après avoir quitté le CHSLD Côté Jardins, Kéven Poulin postule en décembre 2017 à un poste d'infirmier à la résidence pour aînés Les Jardins du Manoir, à Beauport, un arrondissement de Québec. Propriétaire de la résidence, Dany Laberge le rencontre à deux reprises. Il voit que le candidat indique dans son CV qu'il est infirmier, qu'il a géré des étages au CHSLD Côté Jardins et possédé une clinique. « Avec ce bagage-là, c'est ce que je cherchais comme candidat », a dit lors de l'audience M. Laberge, qui l'a embauché à titre de directeur général.

Le numéro de permis de Kéven Poulin a été vérifié sur le site de l'Ordre des infirmières et infirmiers. « Mais il utilisait le numéro de permis d'un autre Kéven Poulin. On ne s'est doutés de rien », relate M. Laberge à La Presse.

L'expérience tourne mal. M. Laberge a affirmé lors de l'audition avoir été trompé par Kéven Poulin qui, comme DG, avait accès à la gestion de la paie et se versait le double de son salaire. 

Il utilisait aussi la carte de crédit de l'entreprise à des fins personnelles, notamment pour « des hôtels à Montréal, des gros partys », a dit M. Laberge lors de l'audience.

C'est quand Kéven Poulin part en vacances que le stratagème est découvert, en mars 2018. Il est aussitôt congédié. « C'est une personne brillante. S'il avait utilisé sa tête de la bonne façon, il aurait pu faire beaucoup de bien », dit M. Laberge, joint par La Presse.

Pour lui, il est important que l'histoire de Kéven Poulin soit mise au jour. « Entre autres parce que j'ai entendu dire qu'il se cherchait encore un emploi comme directeur général dans d'autres résidences pour aînés. Il faut protéger les suivants », dit M. Laberge. 

Absent des audiences

Kéven Poulin a ensuite quitté Québec pour s'établir à Sherbrooke. Là-bas, il travaille dès juillet 2018 pendant cinq mois à la résidence pour aînés Le Vü, du Groupe Maurice.

La résidence pour aînés Le Vü, du Groupe... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

La résidence pour aînés Le Vü, du Groupe Maurice, à Sherbrooke

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Vice-présidente ressources humaines du Groupe Maurice, Anne Grenier confirme en entrevue à La Presse que Kéven Poulin a travaillé comme coordonnateur des soins infirmiers par intérim à la résidence Le Vü. « On a su par dénonciation qu'il n'avait pas de permis. On l'a congédié sur-le-champ », dit Mme Grenier. Encore une fois, M. Poulin avait utilisé un faux numéro de permis pour se faire embaucher. « Il avait des références. On avait fait des vérifications de ses antécédents judiciaires », illustre Mme Grenier.

Jugeant que Kéven Poulin représentait un danger, l'OIIQ a obtenu une injonction provisoire contre lui en février 2019 pour lui ordonner de cesser d'exercer illégalement la profession infirmière.

Le 4 avril dernier, il a été déclaré coupable de 125 des 127 chefs d'accusation qui pesaient sur lui. Il n'a présenté aucune défense, car il ne s'est jamais présenté aux audiences.

La Presse s'est présentée à son domicile de Sherbrooke, le 30 avril dernier. Kéven Poulin a refusé de répondre à nos questions. « Les procédures sont toujours en cours », a-t-il dit. Or, la juge a rendu sa décision le 4 avril. Au moment de publier, Kéven Poulin n'avait pas fait appel.

Pas de vérification

Dans sa décision, la juge Nathalie Duperron Roy indique que « la preuve a démontré amplement que monsieur a utilisé le titre d'infirmier, a usurpé le titre, a agi illégalement de manière à laisser croire, à exercer illégalement la profession de multiples façons sur une durée s'étalant sur deux ans et quatre mois. » « Par un concours de circonstances inexplicable, aucun des établissements pour lesquels il a travaillé pendant tout ce temps n'a fait la vérification du numéro de permis », a dit la juge Duperron Roy.

L'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec n'a pas voulu commenter le dossier, si ce n'est pour souligner que de tels cas sont « très rares » et pour rappeler aux institutions l'importance de vérifier la validité des permis sur le site de l'Ordre.




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer