Source ID:c01302ae-6162-4fac-9f98-393daa5ce655; App Source:alfamedia
Exclusif

Transport de patients par hélicoptère: Québec lance un projet pilote

Québec a choisi de s'associer avec l'entreprise privée... (Photo fournie par AirMedic)

Agrandir

Québec a choisi de s'associer avec l'entreprise privée Airmedic pour lancer un projet pilote de 18 mois sur le transport de patients par hélicoptère.

Photo fournie par AirMedic

Le gouvernement québécois annoncera aujourd'hui un projet pilote de service de transport de patients par hélicoptère desservant trois régions du Québec, a appris La Presse.

Le Dr David Mulder... (Photo Olivier Pontbriand, Archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

Le Dr David Mulder

Photo Olivier Pontbriand, Archives La Presse

Le cri du coeur du chirurgien émérite et médecin officiel du Canadien de Montréal durant 50 ans, le Dr David Mulder, a vraisemblablement été entendu.

Dans une lettre adressée au ministre de la Santé Gaétan Barrette et publiée dans La Presse en avril dernier, le médecin s'était dit « troublé » par le fait que le Québec soit la seule province au Canada dépourvue d'un service ambulancier héliporté intégré au système de santé.

Le Dr Mulder y expliquait avoir été « profondément ébranlé » par l'accident qui avait décimé les Broncos de Humboldt - une équipe de jeunes hockeyeurs de la Saskatchewan - où des hélicoptères du programme STARS étaient intervenus rapidement pour sauver des vies.

Puis, en mai dernier, La Presse a publié un grand reportage (voir ci-contre) sur le fait que le Québec est le « parent pauvre » du Canada en matière de transport préhospitalier par hélicoptère, alors qu'en Ontario - la province voisine -, un tel système sauve des vies depuis 40 ans.

Nous avions notamment passé une soirée au coeur du centre de traumatologie de l'Hôpital général de Montréal pour constater que le transfert de certains patients grièvement blessés pouvait prendre des heures d'un hôpital régional à un hôpital spécialisé, réduisant ainsi leurs chances de survie ou augmentant les risques de séquelles permanentes.

TRANSPORT INTERÉTABLISSEMENTS

Pour son projet pilote évalué à 3 millions de dollars, Québec a choisi l'hôpital du Sacré-Coeur - un établissement doté d'un héliport fonctionnel et, surtout, d'un centre de traumatologie tertiaire - comme hôpital receveur, toujours selon nos informations.

En d'autres mots, ce sera l'hôpital qui recevra les patients transportés par hélicoptère. Les patients proviendront de trois régions : les Laurentides (Sainte-Agathe-des-Monts, Mont-Laurier et Rivière-Rouge), Lanaudière (Saint-Charles-Borromée) et la Mauricie (La Tuque et Shawinigan).

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette en fera l'annonce aujourd'hui au Complexe Airmedic, à Saint-Hubert. C'est à Airmedic - une entreprise privée qui offrait déjà des services médicaux héliportés à ses 150 000 membres - que Québec a choisi de s'associer pour le projet.

Québec a décidé de se concentrer sur le transport interétablissements pour commencer.

En Ontario, les hélicoptères-ambulances font ce genre de transport entre les hôpitaux locaux et les hôpitaux munis d'un centre de traumatologie tertiaire (ultraspécialisé), mais ils vont également chercher les blessés sur les lieux d'accident (3 % des cas).

Des médecins d'Évacuations aéromédicales du Québec (EVAQ) - le seul programme officiellement reconnu par le gouvernement québécois mais qui n'avait pas de volet héliporté (seulement une flotte d'avions pour les longues distances) - seront à bord des hélicoptères, en plus du personnel d'Airmedic.

L'un des enjeux, si Québec décidait ultérieurement d'étendre le projet pilote à toute la province, serait le manque d'héliports. Seuls trois établissements disposent d'héliports certifiés : Sacré-Coeur (Montréal), le CHUS (Sherbrooke) et Chicoutimi.

Airmedic aura donc notamment comme rôle de déployer des aires d'atterrissage sur les terrains des hôpitaux régionaux des trois régions visées par le projet.

OBJECTIF : UNE HEURE

Avec ce projet d'une durée de 18 mois, le ministère de la Santé cherche à évaluer l'efficacité du transport par hélicoptère lorsque le patient se trouve à une distance de 75 à 275 km d'un centre de traumatologie tertiaire (ultraspécialisé).

« Lors d'un accident grave en région rurale, le temps de transport peut s'avérer très long et même dépasser largement l'heure critique [golden hour] : une heure maximum entre le traumatisme et l'arrivée du patient dans un centre de traumatologie tertiaire qui est le standard d'excellence en traumatologie. Cela est inacceptable », avait d'ailleurs souligné le Dr Mulder à la suite de la tragédie routière en Saskatchewan.

Le Québec est passé bien près de se doter d'un service ambulancier héliporté en 2012. Une semaine avant les élections, l'ancien premier ministre Jean Charest avait promis 15 millions pour mettre en place un tel service. Mais c'est le Parti québécois qui a été porté au pouvoir, et le projet ne s'est jamais réalisé.

Le projet pilote va dans le sens de la recommandation commune formulée par l'Association des médecins d'urgence du Québec et l'Association des spécialistes en médecine d'urgence du Québec en 2006. Après avoir étudié la question, ces deux associations avaient conclu que le transport héliporté pourrait améliorer l'accessibilité aux services médicaux spécialisés, s'il est utilisé pour des transports bien ciblés qui nécessitent un déplacement sur une distance comprise entre 80 et 240 km de l'hôpital receveur ou un temps de transport par voie terrestre de plus de 30 minutes, et s'il est intégré à l'intérieur d'un réseau préhospitalier bien organisé.

***

La Presse fait bouger les choses

Relisez notre dossier publié à ce sujet le 22 mai dernier.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer