Faux diagnostics d'épuisement: un médecin radié six mois

Le Dr Raymond Rezaie est le fondateur de la Clinique... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

Le Dr Raymond Rezaie est le fondateur de la Clinique Alpha Medic qui se trouve rue Guy, à Montréal.

Photo André Pichette, La Presse

Un médecin de famille qui a rédigé pour 65 $ pièce des billets médicaux sur la base de « faux diagnostics » à des élèves du collège de Maisonneuve - leur permettant ainsi d'annuler leurs cours sans pénalité - assure avoir agi dans l'intérêt de ces jeunes pour les empêcher notamment d'être recrutés par le groupe armé État islamique.

Le Dr Raymond Rezaie vient de se faire réprimander par son ordre professionnel.

Devant le conseil de discipline du Collège des médecins, le médecin fautif a tenté de se justifier en disant qu'il cherchait à éviter que les élèves abandonnent leurs études, sombrent dans une dépression, consomment de la drogue et soient recrutés par l'« ISIS » (groupe armé État islamique).

Le conseil de discipline a rejeté cette argumentation, la qualifiant de « surréaliste », selon sa décision rendue publique, hier, en ajoutant que le médecin était surtout motivé par des « intérêts financiers ».

Le Dr Raymond Rezaie a posé des diagnostics « sérieux » chez ces patients sans leur faire passer les examens et remplir le questionnaire requis. Il leur a « suggéré des symptômes de manière à remplir le formulaire de l'école pour que la demande d'abandon de cours soit acceptée », peut-on lire dans la décision d'une trentaine de pages.

PIÉGÉ PAR UNE ENQUÊTEUSE

Le médecin de famille, qui a déjà reconnu en 2015 avoir procédé de façon inadéquate à des circoncisions auprès de 31 enfants (ce qui lui avait valu une radiation temporairement et une amende globale de 20 000 $), s'est fait piéger par une enquêteuse d'une firme d'investigation. La fausse patiente s'est fait passer pour une élève du collège de Maisonneuve.

***

Extrait de l'échange entre l'enquêteuse et le Dr Rezaie 

- Patiente : « En fait, je ne me sens pas bien, mais c'est pas physique, c'est juste que ces temps-ci, avec la fin de session, tout le monde est brûlé. »

- Médecin : « Un papier pour école, université ? »

- Patiente : « Je vais à Maisonneuve. »

- Médecin : « Collège Maisonneuve-Rosemont ? »

- Patiente : « J'étudie en sciences nat. »

- Médecin : « Vous voulez enlever des cours ? [...] Quels cours vous voulez enlever ? Et combien de cours est-ce que vous voulez ? [...] Pour le collège Maisonneuve-Rosemont, c'est comme ça qu'on fait. Le formulaire, ça coûte 65 $. Et on peut si vous avez l'angoisse et vous avez burnout, adjustment disorder. On peut enlever les cours que vous voulez pas. »

***

Le collège de Maisonneuve a indiqué à La Presse que c'est un directeur adjoint de l'institution d'enseignement qui a alerté le Collège des médecins. « Nous ne pouvons agir rétrospectivement sur un billet émis par un médecin, mais nous allons continuer d'être vigilants », nous a répondu par courriel la conseillère en communication du Collège de Maisonneuve, Christine Leclerc.

Selon la plainte, au moins six élèves ont ainsi obtenu l'annulation d'un ou plusieurs cours après avoir consulté le médecin de famille à la Clinique Alpha Medic dans la rue Guy à Montréal. Le Dr Rezaie est le fondateur de cette clinique du centre-ville - établissement qui a récemment reçu la certification de Groupe de médecine familiale (GMF).

Le Dr Rezaie a posé le même diagnostic d'« incapacité » pour ces élèves pour une période débutant à la mi-octobre alors que ces mêmes élèves sont venus le consulter à la fin de leur trimestre au cégep, soit en décembre. Et leur période d'« incapacité » se terminait en même temps pour tous, soit le 1er janvier. Les faits reprochés se sont déroulés en 2015 et 2016.

EXAMENS FACTURÉS À LA RAMQ

De plus, le médecin a facturé pour chacun des patients un examen complet à la Régie d'assurance maladie du Québec alors qu'il ne leur a pas fait passer ledit examen. Il leur a également prescrit un médicament - le propanolol - qui n'est pourtant pas recommandé dans le traitement du trouble de l'anxiété généralisée (quatre des six patients ont reçu ce diagnostic) ni pour le trouble d'adaptation (les six patients ont aussi reçu ce diagnostic).

Dans le cas de la « fausse » patiente, le médecin a posé trois diagnostics sérieux - trouble de l'adaptation, dépression majeure et trouble de l'anxiété généralisée - sans lui faire passer le questionnaire approprié.

« Et, ce qui est particulièrement inquiétant, est le fait que le Dr Rezaie ait tout de même prescrit du citalopram, qui est un antidépresseur, à une patiente qu'il n'a pas évaluée adéquatement. »

- La décision du conseil de discipline

Le médecin a plaidé coupable aux 13 chefs d'infraction de la plainte déposée contre lui. Il sera radié temporairement à compter du 14 juin prochain pour une période de six mois, en plus de devoir payer une amende de 10 000 $.

Le Dr Rezaie a indiqué qu'il croyait les élèves sur parole lorsqu'ils disaient vivre de l'anxiété. Si les élèves acceptent de payer 65 $ pour un billet médical, ils sont sérieux, a-t-il fait valoir, sinon, ils conserveraient cette somme pour « un nouveau iPhone ».

Le médecin - qui a 1500 « patients vulnérables » à sa charge - a mis en garde le conseil de discipline qu'une radiation de six mois entraînerait la perte de l'accréditation de GMF pour sa clinique et donc sa fermeture.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer