Voici une annonce que l'on n'attendait plus : la ministre fédérale de la Santé Jane Philpott va confirmer lundi matin à Montréal qu'un nouveau Guide alimentaire canadien est en préparation. Et que Santé Canada procédera rapidement : le document final sera présenté au plus tard en 2019, peut-être plus tôt si les choses vont rondement. Un précieux gain de temps si on compare à l'exercice précédent qui avait pris huit ans.

Mis à jour le 24 oct. 2016
Stéphanie Bérubé LA PRESSE

Première étape, les consultations publiques qui débutent dès maintenant. Jusqu'au 8 décembre, les groupes de santé publique, les représentants de l'industrie alimentaire ainsi que tout citoyen qui le souhaite pourront dire ce qu'ils espèrent du prochain Guide alimentaire canadien. Au bureau de la ministre, on sait toutefois qu'il devra être plus moderne et plus accessible pour Monsieur et Madame Tout-le-monde.

« Nos recherches nous ont montré que la plupart des conseils sont bons, mais que le Guide doit être plus facile à utiliser », a indiqué Andrew MacKendrick, attaché de presse de la ministre fédérale. « Certaines personnes veulent seulement quelques informations, alors que d'autres cherchent une information très complète. Le Guide ne fonctionne pas pour tout le monde présentement », a-t-il précisé.

Pourrait-on alors publier deux guides, un pour les gestionnaires d'établissements publics qui utilisent ce document en référence et un autre pour les citoyens à la recherche d'information de base ?

« On ne sait pas encore, mais tout est sur la table », estime Andrew MacKendrick.

Bien que la participation de l'industrie alimentaire aux consultations publiques soit la bienvenue, il est possible que des rencontres entre les employés de Santé Canada et des groupes de lobby de l'industrie alimentaire soient interdites durant le processus, a-t-on appris.

ADIEU AUX GRAS TRANS

La ministre Philpott fera son annonce au Congrès canadien sur la santé cardiovasculaire, qui se tient à Montréal. Il sera aussi question d'autres mesures visant à améliorer l'alimentation des Canadiens et à rendre leurs choix à l'épicerie plus simples, dont un meilleur étiquetage des aliments et une réduction de la consommation de sodium.

La ministre Philpott doit également confirmer que le Canada s'apprête à dire adieu aux gras trans, qui devront être éliminés des produits transformés dans les deux prochaines années, à moins que les consultations publiques, qui débutent également aujourd'hui sur ce sujet, ne la convainquent du contraire.

Le plan de Jane Philpott s'intéresse aussi au marketing alimentaire destiné aux enfants. Pour le moment, le Québec est la seule province qui s'est dotée d'une loi interdisant la publicité faite directement aux enfants.