Québec s'attaque à l'obésité morbide. Le ministre de la Santé, Yves Bolduc, a annoncé hier la création d'un plan d'action de 29 millions pour lutter contre cette maladie, qui touche plus de 300 000 Québécois. Avec cet investissement, le ministre veut tripler le nombre d'opérations de chirurgie bariatrique réalisées chaque année.

Ariane Lacoursière LA PRESSE

«On ne parle pas ici d'embonpoint ni d'obésité modérée. On parle d'excès de poids extrêmes, précise le ministre Bolduc. Plusieurs études ont démontré que la seule façon de régler l'obésité morbide à long terme, c'est la chirurgie bariatrique.»

 

L'an dernier, 840 personnes ont subi une opération en chirurgie bariatrique au Québec. «C'est nettement insuffisant», reconnaît le ministre. Le plan d'action devrait faire passer le nombre d'interventions à 1500 cette année et à 3000 dans deux ans.

Deux hôpitaux ont été désignés comme de nouveaux centres d'excellence en chirurgie bariatrique: l'hôpital de Lachine, affilié au Centre universitaire de santé McGill (CUSM), et l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec.

«L'expertise va se concentrer dans ces deux centres. Mais les autres hôpitaux de la province pourront continuer de réaliser des interventions», précise M. Bolduc.

Deux types d'opération seront pratiqués. Le premier consiste à installer une bande gastrique. Le second implique une dérivation des tubes internes et est plus complexe. Seuls les centres d'expertise pourront réaliser ce type d'opération.

L'annonce du gouvernement satisfait la présidente de la Coalition contre l'obésité morbide, Josée Roy. «Il y a 3500 personnes en attente d'une intervention présentement au Québec. Ça prend entre cinq et sept ans pour être opéré. Le plan d'action va donc aider beaucoup de gens», dit Mme Roy, qui a elle-même subi avec succès une opération il y a six ans.

«Notre objectif est de faire baisser à six mois l'attente pour la chirurgie bariatrique», affirme le ministre Bolduc.

Spécialiste de la chirurgie bariatrique, le Dr Nicolas Christou salue lui aussi l'initiative du gouvernement. «On attendait ça depuis des années!» dit-il.

Enfin, les patients qui devaient jusqu'à maintenant payer pour se faire installer une bande gastrique ne débourseront plus un sou.

* * *

 

Êtes-vous obèse?

> Le principal outil pour savoir si une personne est obèse ou non est l'Indice de masse corporel (IMC), dont voici la formule: IMC = poids (kg)/taille (m)2.

> La grille suivante permet d'analyser vos résultats:

Poids insuffisant: moins de 18,5

Poids normal: 18,5 à 24,9

Excès de poids: 25 à 29,9

Obésité, classe 1: 30 à 34,9

Obésité, classe 2: 35 à 39,9

Obésité, classe 3: 40 et plus

> Certains sites internet, dont celui de Santé Canada (www.hc-sc.gc.ca), permettent aussi de mesurer son IMC rapidement.

L'OBÉSITÉ EN QUELQUES CHIFFRES

> Nombre de Québécois souffrant d'obésité: 1,3 million

> Nombre de Québécois souffrant d'obésité morbide: 300 000 (5% de la population)

> Fardeau économique de l'obésité: la maladie aurait entraîné des dépenses de 700 millions en 1999-2000. Aucune donnée récente n'est disponible.