L'anthropologue Bernard Arcand, l'homme qui voulait abolir l'hiver, est mort le 30 janvier des suites d'un cancer du poumon. Il avait 63 ans.

Martin Ouellet LA PRESSE CANADIENNE

M. Arcand est décédé à sa résidence de Cap Rouge, en banlieue de Québec, entouré de ses proches, a indiqué mardi l'anthropologue Serge Bouchard, son ami et collaborateur de longue date.

Prix du gouverneur général en 1991 pour «Le Jaguar et le Tamanoir», un essai portant sur la pornographie, M. Arcand était aussi, entre autres ouvrages, l'auteur du pamphlet «Abolissons l'hiver!», publié l'année suivant la crise du verglas de 1998.

«Il est assez inquiétant de songer au sort d'un peuple qui chante: «Mon pays, c'est l'hiver» et qui, du même souffle, ajoute que cet hiver est détestable», écrivait avec une pointe d'humour l'auteur, frère du réalisateur Denys Arcand et du comédien Gabriel Arcand.

Professeur retraité du département d'anthropologie de l'Université Laval, Bernard Arcand avait obtenu un doctorat en anthropologie sociale de l'Université de Cambridge en 1972.