Source ID:522207; App Source:cedromItem

Dessine-moi un conseil des ministres

Avec 69 députés répartis dans toutes les régions... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Avec 69 députés répartis dans toutes les régions du Québec, le premier ministre Couillard a le choix.

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Vincent Marissal
La Presse

Si quelqu'un avait dit à Philippe Couillard, il y a deux mois, qu'il aurait sur les bras, au terme de la campagne électorale, l'heureux problème de devoir former le Conseil des ministres d'un gouvernement majoritaire, il aurait sans doute accepté ce défi avec enthousiasme. Une fois plongé dedans, toutefois, le chef libéral doit trouver ces jours-ci l'exercice plus ardu que prévu.

S'il s'agissait, pour un premier ministre, de nommer tout simplement les gens à des ministères en fonction de leurs expériences et de leur expertise, sans prendre en considération la répartition régionale, l'équilibre hommes-femmes et autres considérations, ce serait relativement simple. Ce n'est toutefois pas le cas.

Il faut, en plus, faire place à du sang neuf, récompenser les loyaux partisans et, en cette époque trouble, éviter de nommer au cabinet une future «vedette» de la commission Charbonneau ou une grosse prise de l'UPAC. C'est embêtant pour le chef libéral, certes, mais cela lui permet de tourner le dos pour de bon aux années Charest. En cas de doute, rien ne l'oblige à nommer ministre un député qui risque de plonger son gouvernement dans l'embarras. Avec 69 députés répartis dans toutes les régions du Québec, le premier ministre Couillard a le choix.

Jouons à «Assemblez votre propre cabinet». Voici les 10 ministères-clés, le portrait type du parfait ministre et quelques suggestions. Il ne s'agit pas d'un exercice de prédictions, mais bien de la recherche des meilleurs candidats pour chacun des postes. Vous pouvez évidemment y ajouter les vôtres!

> FINANCES

Le prochain ministre des Finances a intérêt à profiter à fond de la journée de son accession au Conseil des ministres, parce que dès les heures suivantes, il devra affronter de mauvaises nouvelles en cascade et des défis immenses. Il faudra trouver des revenus et de réduire les dépenses pour ramener le Québec à l'équilibre budgétaire, tout en rassurant les agences de notation et en attirant les investisseurs. La formule magique évoquée par le chef libéral en campagne électorale (le retour des libéraux au pouvoir relancera les investissements) ne suffira pas!

Carlos Leitao... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Carlos Leitao

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Candidat: Carlos Leitao

Philippe Couillard a fait campagne avec cet ancien de la Banque Laurentienne, ne ratant jamais l'occasion de rappeler qu'il avait été nommé «deuxième meilleur économiste au monde» par l'agence Bloomberg. M. Leitao est respecté par ses pairs et son expérience pratique, notamment dans la gestion de risques, lui sera certes utile.

> DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

Le titulaire de ce poste devra, notamment, lancer la stratégie maritime proposée en campagne électorale par Philippe Couillard.

Candidat: Jacques Daoust

Ancien patron d'Investissement Québec, le nouveau député de Verdun possède une très longue expérience dans le domaine de la haute finance et de l'administration.

> PME

Le nouveau premier ministre a promis un ministre délégué aux PME pour les aider notamment à traiter avec le gouvernement.

Candidat: Pierre Arcand

Ancien ministre de l'Environnement dans le gouvernement Charest, Pierre Arcand a plutôt un profil économique et est un ex-entrepreneur respecté.

> SANTÉ

Le ministère-mammouth de l'État québécois traversera (encore!) des années difficiles et il vaudrait mieux en confier la direction à un élu expérimenté et rompu à la complexité du réseau. Le nouveau ministre devra aussi mettre rapidement sur pied les cliniques 24/7 promises par le chef libéral.

Yves Bolduc... (PHOTO NINON PEDNAULT, LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

Yves Bolduc

PHOTO NINON PEDNAULT, LA PRESSE

Candidat: Yves Bolduc

Ministre de la Santé de 2008 à 2012, Yves Bolduc est sans aucun doute le député libéral le mieux préparé à diriger ce ministère (même s'il préférerait sans doute acquérir une nouvelle expérience dans un ministère «économique»). M. Bolduc pourrait être secondé par Gaétan Barrette, dans un rôle de ministre délégué (même si, selon des sources libérales, M. Barrette accepterait difficilement d'être second).

> ÉDUCATION

Les défis qui attendent le nouveau ministre de l'Éducation sont nombreux et complexes: réduire les dépenses du Ministère de 187 millions en cinq ans, élargir le programme d'anglais en 6e année, mettre sur pied la politique contre l'intimidation, décontaminer les écoles insalubres. Il faudra aussi, dans le réseau postsecondaire, rétablir les relations (mises à mal au printemps 2012) avec les associations étudiantes. Par ailleurs, les recteurs ramèneront sans doute sur le tapis la question du sous-financement des universités.

Le gouvernement Marois avait scindé l'Éducation en deux: Éducation (primaire et secondaire) et Enseignement supérieur, Recherche, Science et Technologie. De nombreuses voix (organisations étudiantes, syndicats et chercheurs) demandent au nouveau gouvernement de maintenir un ministère propre aux études postsecondaires.

Candidats: Hélène David et François Blais

Docteure en psychologie, Hélène David a été professeure, gestionnaire à l'Université de Montréal et sous-ministre à l'Éducation, ce qui combine les expériences de «terrain» et de gestion. Avant d'être élue dans Outremont le 7 avril, elle était vice-rectrice aux relations internationales de l'UdeM.

Ex-doyen de la faculté des sciences sociales de l'Université Laval, François Blais (élu dans Charlesbourg, à Québec) a été professeur et gestionnaire au cours des 20 dernières années.

> JUSTICE

Le nouveau ministre de la Justice sera au centre de la rédaction de la Charte de la laïcité (version libérale) promise par le chef Philippe Couillard. Il devra aussi avoir l'oeil sur la commission Charbonneau et, éventuellement, donner suite à ses recommandations. Le chef libéral a aussi promis, en toute fin de campagne, de rendre publics les avis juridiques du précédent gouvernement sur son défunt projet de charte de la laïcité, une tâche qui incombera au ministre de la Justice.

Candidat: Gilles Ouimet

Le nom de Gilles Ouimet circulait dans les rangs libéraux durant la campagne comme candidat plausible au poste de ministre de la Justice. C'est lui qui dirigeait le comité de réflexion sur la laïcité que Philippe Couillard avait mis sur pied. Plutôt effacé (une qualité pour un tel poste), il a été bâtonnier du Québec et a surtout consacré sa pratique aux dossiers de criminalité économique et de déontologie professionnelle.

> CONSEIL DU TRÉSOR

Description de tâche: couper, couper, couper. Atouts: ne pas avoir peur de déplaire et de dire non à ses collègues, posséder une grande expérience de la machine gouvernementale, ne pas avoir d'états d'âme.

Jean-Marc Fournier... (Archives La Presse Canadienne) - image 4.0

Agrandir

Jean-Marc Fournier

Archives La Presse Canadienne

Candidat: Jean-Marc Fournier

Député depuis 1994 (sauf durant une courte pause de 2008 à 2010), Jean-Marc Fournier a occupé les postes de ministre des Affaires municipales, de l'Éducation et de la Justice. Il a aussi été leader parlementaire et chef intérimaire du PLQ de 2012 à 2013. Il connaît la machine, son parti, ses collègues, ne doit rien à personne et n'a aucune ambition à la direction.

> SÉCURITÉ PUBLIQUE

Idéalement, le ministre de la Sécurité publique voudrait qu'on ne parle jamais de lui. Pas de crises (autochtones, étudiantes, policières ou autres), pas de catastrophe, pas de guerre de motards ou dans la mafia, pas de nouvelles, bonnes nouvelles! Mais comme c'est rarement le cas, il faudra un élu expérimenté à la Sécurité publique, d'autant que les relations entre les libéraux et la SQ ne sont pas très bonnes et que l'UPAC s'intéresse beaucoup au PLQ.

Candidat: Pierre Moreau

Député de Châteauguay et candidat malheureux à la direction du PLQ en 2013, Pierre Moreau a été, entre autres, ministre des Transports et a dû gérer la «crise des paralumes». Battu aux élections de 2007, il a aussi été chef de cabinet du ministre de la Justice et de la Sécurité publique (les deux avaient été jumelés à l'époque). Parlementaire aguerri et efficace, il était, jusqu'au déclenchement des élections, leader parlementaire du PLQ.

> TRANSPORTS

Échangeur Turcot, pont Champlain, autoroute Ville-Marie, réfections majeures partout dans la province, relance du programme d'infrastructures et du Plan Nord, lancement de la stratégie maritime, tout ça dans un contexte de commission Charbonneau. Est-il bien nécessaire de préciser que le poste de ministre des Transports sera crucial au cours des prochaines années? Expérience et fermeté requises.

Lise Thériault... (PHOTO ARCHIVES LA VOIX DE L'EST) - image 5.0

Agrandir

Lise Thériault

PHOTO ARCHIVES LA VOIX DE L'EST

Candidate: Lise Thériault

Lise Thériault a tenu tête aux dirigeants de centrales syndicales lorsqu'elle était ministre du Travail, ce qui lui a valu le respect de ses collègues à l'Assemblée nationale. La même détermination dans le suivi des grands travaux est une grâce que nous devrions tous, comme contribuables, nous souhaiter.

> MUNICIPALITÉS

Denis Coderre l'a dit: «Y a un nouveau shérif en ville!» (et dans le monde municipal québécois). Même deux nouveaux shérifs, si on ajoute Régis Labeaume. La donne a changé, et il est plus que temps que le gouvernement du Québec traite les villes comme des partenaires adultes et leur donne les moyens de se développer.

Candidat: David Heurtel

Un long shot, comme on dit dans les pools de hockey, mais du sang neuf et une approche moderne dans les relations Québec-municipalités ne feraient certainement pas de mal. David Heurtel a un parcours intéressant (avocat de formation qui a bifurqué vers les communications et vers des entreprises comme Juste pour rire), et son passage à la direction du Parc olympique de Montréal a été remarqué.

> RESSOURCES NATURELLES

En bref: Plan Nord. Promesse prioritaire de Philippe Couillard, la relance du Plan Nord doit dépasser le concept, le slogan et l'image pour devenir un véritable plan, basé sur du concret, pas sur des discours. Les jobs de Robert Bourassa, on les voyait à la baie James dans les années 70. Ceux de Jean Charest, on les attend encore! Philippe Couillard et le nouveau titulaire des Ressources naturelles feront-ils mieux? Il faudra aussi revoir le plan de prospection et d'exploitation du pétrole d'Anticosti lancé par le gouvernement Marois, un exercice politico-juridique délicat.

Candidat: Martin Coiteux

L'une des recrues dont les libéraux sont le plus fiers. Doué pour la joute politique, Martin Coiteux est aussi un économiste de haut vol. Peut-il passer des graphiques aux mines, au pétrole et à l'hydroélectricité? Le développement des ressources naturelles repose en grande partie sur les prévisions économiques et sur la compréhension des conjonctures, ce qui est sa spécialité.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer