Source ID:521239; App Source:cedromItem

Le financement politique de Roche

Perquisition de la SQ au siège social de... (Photo archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Perquisition de la SQ au siège social de la firme de génie-conseil Roche en janvier dernier.

Photo archives La Presse Canadienne

Grâce à la preuve amassée dans son enquête sur le financement politique de la firme Roche et du PLQ, l'UPAC dit avoir des raisons de croire que des infractions de fraude, production de faux et contributions illégales d'un entrepreneur ont été commises. Voici en vrac certaines de leurs découvertes.

> Joël Gauthier, directeur général du PLQ de 1999 à 2003, a déclaré aux enquêteurs qu'il n'y avait «pas d'argent cash au PLQ mais qu'il y avait du financement corporatif». Selon lui, quand les bénévoles recevaient 25 000$ d'un seul coup, les responsables notaient par écrit quelle firme était derrière ces dons.

> Christian Côté, un ancien employé de Dessau, a déclaré que Violette Trépanier, qui était à l'emploi du parti, et Marc Bibeau, un homme d'affaires et solliciteur de fonds bénévole, «rencontraient les grands patrons et établissent des montants à financer» pour le PLQ.

> Un ancien vice-président de Roche a déclaré que la firme ciblait le financement du PLQ car c'était le parti au pouvoir et que «ce n'est pas un hasard si Roche a obtenu le contrat de Boisbriand alors qu'il avait organisé des cocktails pour la ministre Normandeau».

> Un autre ex-employé de Roche, Gilles Cloutier, a déclaré que deux employés de la firme, France Michaud et l'ex-ministre Marc-Yvan Côté, étaient capables d'amasser 100 000$ pour un cocktail de financement politique et que selon lui, Roche a obtenu la subvention à la suite de son financement du PLQ.

> Selon Cloutier, les personnes qui ont exercé le plus d'influence sur la subvention de Boisbriand sont notamment Marc-Yvan Côté, France Michaud et Nathalie Normandeau. Il affirme aussi que Violette Trépanier recevait des dons pour le PLQ de plusieurs firmes d'ingénierie.

> Les policiers constatent qu'à l'interne, en 2008, Roche évoquait un cocktail de financement à 1000$ le billet, mais que les rapports du parti parlent d'un billet à 500$. Le DGEQ n'aurait pas en sa possession le rapport d'activité ni les fiches de contributions remplies lors de l'événement. Le PLQ a toutefois indiqué à La Presse hier que les 500$ additionnels peuvent avoir été comptabilisés ailleurs que pour cet événement.

> Dans un courriel saisi par la police, des gens de Roche disaient chercher 1000$ en argent pour cette activité, et blaguaient sur la possibilité de payer avec un chèque et réclamer un crédit d'impôt, ce qui les faisait rire.

> Les policiers ont aussi saisi ce courriel envoyé le 30 septembre 2008 à plusieurs employés de Roche au sujet de cette activité. Il précisait que «comme chaque année, nous aidons au financement de la députée ministre Nathalie Normandeau par le biais de l'organisation d'un souper bénéfice à 1000$ du couvert». L'expéditeur demandait aux employés d'identifier «des fournisseurs, des entrepreneurs, des collaborateurs de projet et autres qui tirent profit des projets réalisés avec des subventions» du Ministère afin qu'ils participent à l'événement. Il demandait aussi de garder sa démarche confidentielle. «En ce sens je vous prie de bien vouloir détruire immédiatement ce e-mail, comme dans une mission impossible qu'on doit absolument réussir malgré les délais.»




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer