Depuis le début de 2013, le coût des contrats de construction du ministère des Transports est de 16% inférieur aux prévisions, une économie potentielle de 240 millions de dollars que le ministre Sylvain Gaudreault attribue a une rigueur accrue du processus d'adjudication des mandats.

Mis à jour le 12 nov. 2013
Denis Lessard LA PRESSE

> Le plan détaillé du ministère (PDF)

En point de presse, mardi matin, le ministre Gaudreault a relevé que les estimations de 2013 étaient aussi de 3,5% inférieures accordés l'année précédente. Pour assurer une meilleure planification, on annonce les projets des deux prochaines années; cet automne le ministère a lancé 16% de plus d'appels de soumissions par rapport à l'automne 2012.

Le ministre Gaudreault a fait savoir que le projet de loi créant l'Agence des transports, responsable de la construction et de la réfection des infrastructures, serait déposé prochainement, clairement avant l'ajournement de décembre. 

Transports Québec entend mettre en place 16 actions pour assurer une plus grande compétitivité entre les firmes qui soumissionnent. On veut réduire le nombre et la valeur des «avenants» les extras demandés par les entrepreneurs, tout en augmentant l'expertise à l'interne, un des points faibles du ministère identifié par deux études externes de KPMG. La mise en place de ces nouvelles pratiques sera complétée au printemps 2015 a fait savoir M. Gaudreault.

Un bout de chemin est fait, le ministère a déjà embauché 360 personnes pour assurer l'intégrité de l'attribution des contrats, les 118 ingénieurs supplémentaires représentent 88 % de l'objectif fixé, a-t-il rappelé.

Pas question de revenir aux partenariats public-privé en matière de transports de préciser par ailleurs le ministre.