(Québec) L’ancienne ministre péquiste Louise Beaudoin appuie Paul St-Pierre Plamondon dans la course à la direction du Parti québécois.

Hugo Pilon-Larose Hugo Pilon-Larose
La Presse

Mme Beaudoin, qui a connu une longue carrière politique à Québec, d’abord comme directrice de cabinet dès le premier gouvernement de René Lévesque, puis ministre elle-même à quelques reprises, affirme que le PQ est dans une « position précaire » et que le parti doit « assurer une forme de transition vers une nouvelle génération ».

« Aujourd’hui — j’en ai acquis la conviction — c’est toi qui es, selon moi, le plus à même de concrétiser ce nécessaire passage. L’appui que tu recueilles parmi les jeunes — dans ton équipe et les sondages — donne à penser qu’il y a un avenir. Tu incarnes un nouveau cycle pour le Parti », écrit Mme Beaudoin dans une lettre officielle qu’elle a transmise à l’équipe de Paul St-Pierre Plamondon.

PHOTO OLIVIER JEAN, ARCHIVES LA PRESSE

Louise Beaudoin

« Tu sais que j’ai consacré une bonne partie de ma carrière et de ma vie à convaincre les Québécois de l’importance de l’international dans le projet de souveraineté que nous avons tant à cœur. René Lévesque nous a appris que non seulement il n’y a pas de contradiction entre nationalisme et internationalisme, mais que ces deux termes sont complémentaires. […] Toi qui as vécu à l’étranger, qui plus est dans les pays scandinaves qu’on cite si souvent en exemple, tu représentes une forme de gage que le projet est et restera ancré à l’international », poursuit l’ex-déléguée générale du Québec à Paris.

« Au premier débat, tu as bien su plaider ta cause et te montrer rassembleur. Le fait est que tu établis bien un équilibre entre des idées sociales-démocrates sur les plans économique, environnemental et social, et des idées plus conservatrices sur le plan identitaire », souligne-t-elle ensuite.

« Je suis très honoré de cet appui de Louise Beaudoin. J’ai beaucoup d’admiration pour son parcours et tout comme elle je trouve essentiel de donner au Québec une place sur la scène internationale. Son appui, tout comme celui de Lucien Bouchard d’ailleurs, me fait dire que pour plusieurs acteurs déterminants du mouvement indépendantiste, la mission de rebâtir le camp du oui et donner un nouveau souffle à notre mouvement trouve un écho favorable », affirme en retour Paul St-Pierre Plamondon.

La course à la direction du Parti québécois afin de choisir un successeur à Jean-François Lisée prendra fin le 9 octobre prochain. D’ici là, deux autres débats seront organisés par le parti entre le député Sylvain Gaudreault, l’avocat Paul St-Pierre Plamondon, l’humoriste Guy Nantel et l’enseignant en histoire Frédéric Bastien.

En fin d'après-midi, lundi, Sylvain Gaudreault a pour sa part annoncé qu'il avait obtenu l'appui de l'exécutif de la circonscription de Prévost, où M. St-Pierre Plamondon s'était présenté candidat lors de l'élection générale de 2018. Ces militants ont notamment vanté son expérience en politique, d'abord comme député, puis comme ancien ministre.