(Ottawa) Le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, a déclaré que la GRC collaborait avec les autorités ukrainiennes dans le cadre d’une enquête criminelle sur l’écrasement du vol 752.

La Presse canadienne

L’avion d’Ukraine International Airlines a été abattu par l’armée iranienne en janvier, tuant les 176 passagers et membres d’équipage à son bord, dont 55 Canadiens.

L’Iran a arrêté plusieurs personnes et a promis de les tenir responsables, mais l’Ukraine a néanmoins lancé sa propre enquête criminelle.

S’exprimant dans la ville ukrainienne de Lviv vendredi matin, dans le cadre d’une tournée en Europe de l’Est, M. Champagne a indiqué que la GRC avait déployé un agent pour aider les enquêteurs et garantir la justice pour les victimes.

M. Champagne a également déclaré qu’il avait pressé le président et le ministre des Affaires étrangères ukrainiens d’exiger que la compagnie aérienne indemnise rapidement les familles des Canadiens tués.

M. Champagne devait rencontrer le dirigeant du transporteur, qui est tenu de fournir une indemnisation en vertu du droit international, mais le ministre a expliqué qu’un conflit d’horaire avait causé l’annulation de la rencontre.