(Hillsburn) Après une année qui a causé tant de souffrances en Nouvelle-Écosse, six familles d’un coin reculé de la province doivent faire face à une autre perte après le naufrage d’un bateau de pêche aux pétoncles, mardi.

Michael MacDonald
La Presse Canadienne

À la tombée de la nuit mercredi, le Centre conjoint de coordination des opérations de sauvetage (CCCOS), à Halifax, a annoncé qu’il suspendait ses recherches aériennes et maritimes pour retrouver les cinq pêcheurs disparus et confiait le dossier à la GRC.

« Nos pensées et nos sincères condoléances vont aux familles, aux amis et à la communauté de ces hommes », a écrit sur Twitter le centre de sauvetage, qui coordonne les ressources militaires et de la Garde côtière.

La ministre fédérale des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, Bernadette Jordan, a aussi exprimé sur Facebook sa tristesse face au naufrage.

« J’ai le cœur brisé pour les familles de Charles Roberts, Aaron Cogswell, Leonard Gabriel, Daniel Forbes, Micheal Drake et Eugene Francis. […] La pêche n’est pas qu’un travail. C’est une façon de vivre. Cela peut être difficile, imprévisible et dangereux. Mais il existe une communauté construite autour d’elle, contrairement à toute autre profession. Je sais que pendant cette période difficile, nos communautés se rassembleront pour se soutenir les unes les autres, comme nous l’avons toujours fait », a écrit la députée néo-écossaise.

Le bateau a coulé dans la baie de Fundy près de Delaps Cove, en Nouvelle-Écosse, tôt mardi matin. Sa balise d’urgence a alerté le CCCOS juste avant 6 hdu matin.

Le bateau a sombré au nord-est de Digby, au milieu de vagues de trois mètres poussées par des rafales de 40 km/h et une marée exceptionnellement haute. Les chercheurs ont découvert plus tard deux radeaux de sauvetage vides, des vêtements et des débris compatibles avec un naufrage.

Le corps d’un homme a été retrouvé mardi soir. Les recherches se sont poursuivies mercredi pour retracer les cinq autres hommes. Les chercheurs ont dû escalader des plages rocheuses encore couvertes d’une légère couche de neige et de glace. Ils ont dû faire face à de fortes vagues, des embruns verglaçants et des vents qui soufflaient la neige sur le côté.

La GRC a indiqué dans un communiqué mercredi soir que les recherches au sol se dérouleraient le jour en raison de conditions dangereuses la nuit. Ils ont mentionné qu’ils rechercheraient « des gilets de sauvetage, des kits de survie, des combinaisons de survie, des balises d’urgence et des restes humains ».

Dans un communiqué mercredi soir, l’entreprise où travaillaient les pêcheurs, Yarmouth Sea Products, a expliqué que le bateau était en mer depuis le 12 décembre et avait quitté le lieu de pêche pour retourner à Digby, en Nouvelle-Écosse, vers 1 heure du matin mardi. Il a déclaré qu’une prévision de détérioration des conditions météorologiques avait conduit d’autres navires à quitter leur lieu de pêche lundi soir.

« Il semble qu’il y ait eu un évènement inconnu qui a fait chavirer le navire, car aucun appel de détresse n’a été émis », indique le communiqué.

La compagnie a soutenu que tout l’entretien et les inspections nécessaires de l’équipement de sécurité étaient à jour, et a affirmé que Charles Roberts était un capitaine chevronné qui a opéré le bateau pendant la majeure partie de 2020.

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada a annoncé qu’il enverrait jeudi une équipe d’enquêteurs sur les lieux du naufrage. Ils évalueront ce qui s’est passé et détermineront le niveau d’enquête à mener.