Source ID:3c35705f7ae43d8eacf79e85ad0d68be; App Source:StoryBuilder

Étude sur l'immigration: à la recherche d'un seuil... inexistant

Seif Ben Amor, originaire de Tunisie, arrivé en... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Seif Ben Amor, originaire de Tunisie, arrivé en 2017, cherche un emploi en informatique. On le voit ici en entrevue dans le cadre de l'initiative Un emploi en sol québécois organisée par la Fédération des chambres de commerce du Québec.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Louise Leduc
La Presse

Les chefs de parti en ont débattu pendant toute la campagne électorale. Les économistes le cherchent partout. La vérité, c'est que le seuil magique du nombre d'immigrants à accueillir au Québec, à couler dans le béton pour qu'on n'en parle plus, eh bien, il n'existe pas, concluent les auteurs de l'étude Seuils d'immigration au Québec : analyse des incidences démographiques et économiques.

Pour en finir avec le débat dogmatique

En fait, les pénuries de main-d'oeuvre changent à ce point la donne - et améliorent tellement l'intégration en emploi des immigrants ces dernières années - qu'on erre complètement si on essaie sérieusement d'y aller de prédictions de seuils optimaux qui tiendraient la route pendant plusieurs années, résume en entrevue Mia Homsy, directrice générale de l'Institut du Québec.

« On se retrouve devant une question tout en nuances qui ne peut pas se régler par un débat dogmatique de chiffres », insiste-t-elle.

Selon l'étude, « le gouvernement devra avoir l'ouverture de revoir les seuils d'immigration à la hausse sans tergiverser », si les immigrants continuent de s'intégrer au marché du travail comme ils le font ces années-ci.

Les scénarios étudiés

Ce n'est pas que les chercheurs de l'Institut du Québec n'ont pas essayé de le trouver eux aussi, ce fameux chiffre. Ils ont étudié quatre scénarios : d'abord, à des fins de comparaison, celui d'un Québec sans immigration, qui fermerait ses portes ; ensuite, celui du seuil de 40 000 immigrants en 2019 (et de 54 000 en 2040) ; troisième scénario, celui d'un seuil de 53 000 immigrants en 2019 et de 71 000 en 2040 ; enfin, celui d'un Québec très ouvert, qui accueillerait 103 000 immigrants en 2040*.

Ils ont ensuite étudié l'impact de chaque seuil sur la démographie, puis sur l'économie (le PIB réel, la croissance du PIB réel par habitant et la proportion des dépenses en soins de santé par rapport aux recettes fiscales).

Il leur est arrivé ce qui déplaît souvent aux chercheurs (et aux journalistes) : un résultat mi-figue, mi-raisin. 

« Ce qui nous a étonnés, c'est qu'il n'y avait pas beaucoup de différences entre les divers scénarios », dit Mia Homsy, directrice générale de l'Institut du Québec

La pénurie qui change tout

Aux fins de leur étude, les chercheurs se sont basés sur des hypothèses du Conference Board du Canada. Elles sont notamment fondées, écrivent les auteurs, sur des tendances selon lesquelles, par exemple, les nouveaux arrivants du Québec rencontreraient les mêmes obstacles sur le marché du travail que les cohortes d'immigrants précédentes.

Ainsi, en se basant sur ces modèles, les chercheurs en sont arrivés à la conclusion qu'un plus grand nombre d'immigrants plombe le PIB par habitant. C'est même avec le scénario d'un Québec sans aucun immigrant que la croissance annuelle du PIB réel par habitant serait la plus élevée, soit de 1,4 % pour la période allant de 2019 à 2040.

Le hic, constatent les auteurs après avoir calculé le tout, c'est que les modèles traditionnels ne tiennent plus. La discrimination traditionnelle dont les immigrants étaient victimes et qui minait le PIB par habitant est de moins en moins présente. La personne au nom étranger, qui n'était jamais appelée en entrevue il y a à peine quelques années, a soudainement pris beaucoup de valeur.

Un chiffre entre tous, cité dans l'étude, en témoigne tout particulièrement, dit Mme Homsy.

Chez les immigrants arrivés il y a de 5 à 10 ans, « le taux de chômage a chuté, passant de 12,7 % en 2009 à 6,7 % en 2018 ».

Les vraies conclusions à tirer

Que faire, alors ? Déterminer le fameux seuil d'immigrants à accueillir « en fonction de notre capacité à les intégrer sur le marché du travail », peut-on lire dans l'étude.

« Plus l'intégration sera rapide et efficace, plus la contribution à l'économie et à la qualité de vie des habitants sera importante. Les seuils annuels d'immigration devraient donc être fortement liés à la capacité d'intégration des nouveaux arrivants au marché du travail québécois et être fréquemment ajustés. »

Autrement dit, insiste Mme Homsy, va pour le plan triennal que veut mettre en place le gouvernement, « mais tous les ans, il faudrait réévaluer ce seuil à la lumière de l'intégration réelle et ponctuelle des immigrants en emploi ».

Les correctifs à apporter

« Le gouvernement doit mettre les bouchées doubles pour pallier aux faiblesses du système actuel comme les délais et la lourdeur du processus de sélection des immigrants, les difficultés de la reconnaissance des qualifications et de l'expérience étrangères et les succès mitigés de la francisation », peut-on lire dans l'étude.

Alors que la population vieillit et que la main-d'oeuvre se fait rare, « il faut plus que jamais tout mettre en oeuvre pour que les progrès récemment observés se poursuivent et permettent enfin à l'immigration de déployer son plein potentiel ».

* Les chiffres ont été choisis en se basant sur différentes proportions d'immigrants (0 %, 12 %, 15 % et 23 %) que le Québec accueillerait par rapport à l'ensemble du Canada.




La liste:-1:liste; la boite:2099152:box; tpl:html.tpl:file
la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer